mardi 17 juillet 2018

Armand-Joseph de Béthune, duc de Charost, « Père de l’humanité souffrante »




Le comté de Charost [département du Cher ; prononcer « Charô »] fut érigé en duché-pairie, sous le nom de Béthune-Charost, en faveur de Louis de Béthune (1605-1681), comte de Charost, en mars 1672, par lettres du roi Louis XIV, enregistrées au Parlement le 11 août 1690.



Hippolyte de Béthune

Le frère aîné de Louis de Béthune, Hippolyte de Béthune (1603-1665), comte de Selles [Selles-sur-Cher, Loir-et-Cher], gouverneur des villes et châteaux de Romorantin [Romorantin-Lanthenay, Loir-et-Cher] et de Millançay [Loir-et-Cher], avait été fait conseiller d’État d’épée en 1657, puis chevalier des Ordres du Roi et d’honneur de la reine Marie-Thérèse d’Autriche en 1661. Né à Rome [Italie] le 19 septembre 1603, il mourut à Paris le 24 septembre 1665. Son cabinet renfermait une incomparable collection de lettres originales, dans lesquelles on suit tous les grands événements de l’histoire de France, depuis l’avènement de Louis XI jusqu’à la mort de Louis XIII, commencée par son père, Philippe de Béthune (1561-1649), baron puis comte de Selles, de Charost, marquis de Chabris [Indre], bailli de Mantes et de Meulan [Yvelines], ambassadeur en Écosse, à Rome, en Savoie et en Allemagne. À ces précieux documents historiques, ils avaient joint d’anciens volumes tirés de bibliothèques seigneuriales ou monastiques : ils s’étaient ainsi approprié les manuscrits de l’abbaye de Beaupré [Achy, Oise, détruite en grande partie], qui datent généralement du XIIe et du XIIIe siècle. 


Tout ce qu’ils avaient recueilli fut uniformément relié en maroquin rouge, avec des doubles PP couronnés [Philippe] et les armes de Béthune : écu chargé d’une fasce et d’un lambel. Ce que Hippolyte de Béthune avait refusé de vendre à la reine Christine de Suède, il l’offrit à Louis XIV en 1662 : manuscrits originaux, tableaux originaux et crayons des plus excellents peintres d’Italie et de France, anciens et modernes, statues et bustes de marbre, bronzes antiques.
Le nombre exact des manuscrits donnés s’élevait à 1.923 volumes, dont plus de la moitié était remplis de lettres originales : ils forment à la Bibliothèque nationale le « fonds de Béthune ». On ignore pourquoi un catalogue de la collection, rédigé par Nicolas Clément, avant l’année 1682, ne contient que la description de 1.567 volumes. A ce catalogue fut ajoutée plus tard une table alphabétique des lettres originales, en deux volumes in-folio.

Le petit-neveu d’Hippolyte de Béthune, Louis-Basile de Béthune (1674-1742), chevalier de Charost, était le 3e fils de Louis-Armand de Béthune (1640-1717) et de Marie Fouquet (1640-1716), fille unique de Nicolas Fouquet (1615-1680), ministre d’État et surintendant des Finances, et de Louise Fourché, dame de Quéhillac [Bouvron, Loire-Atlantique], mariés en l’église Saint-Nicolas-des-Champs de Paris [IIIe] le 12 février 1657. Capitaine de vaisseau en 1696, chevalier de l’Ordre souverain militaire hospitalier de Saint Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte [Ordre de Malte], Louis-Basile de Béthune mourut à Paris, le 31 mars 1742.


Sa bibliothèque fut vendue à partir du 7 janvier 1743, dans une salle du Couvent des Grands Augustins, par Jacques Barrois (1704-1769), libraire quai des Augustins, sous l’enseigne « A la Ville de Nevers » : Catalogue des livres de la bibliothèque de feu monsieur le chevalier de Charost (Paris, Jacques Barois [sic], 1742, in-8, [1]-[1 bl.]-xij-500 p., 5.103 + 4 doubles [*] – 1 absent = 5.106 lots), avec une « Table des auteurs », dont Théologie [512 lots = 10,02 %], Jurisprudence [102 lots = 1,99 %], Sciences et Arts [321 lots = 6,28 %], Belles Lettres [1.220 lots = 23,89 %], Histoire [2.950 lots = 57,77 %].

« J’ai marqué à chaque article la condition des livres, & j’y ai ajouté une Table alphabétique des Auteurs telle que j’en ai mis aux Catalogues des Bibliotheques de Mrs de Longuerue, Couet, & Pelletier des Forts. La vente s’en fera en la maniere accoutumé. J’indiquerai par des Listes ce que je vendrai chaque jour. » [sic]
(« Avertissement », p. iv)


817. Andreae Baccii De naturali vinorum historia, de vinis Italiae & de conviviis antiquorum libri septem. Roma, Nic. Muthius,1596, in-fol., v. 110 l.


881. La Gallerie du Palais du Luxembourg peinte par Rubens, dessinée par les Sieurs Natier, & gravée par les plus illustres graveurs du tems. Paris, Duchange, 1710, in-fol. magno, v. 100 l. 10.
2.200. Atlas ou Recueil des cartes géographiques de Guillaume Delisle (au nombre de 85). Paris, in-fol. magno, v. 100 l. 8.
2.403. Histoire ecclésiastique par Claude Fleury avec la continuation, par le P. Cl. Favre. Paris, P. Aubouin, 1691 & suiv., 36 vol. in-4, v.
2.786. Histoire romaine depuis la fondation de Rome avec des notes, des cartes géographiques & plusieurs médailles par les PP. Catrou & Rouillé. Paris, Jacques Rolin, 1725 & suiv., 20 vol. in-4, v. 110 l.
4.406. Description géographique, historique, chronologique, politique & physique de l’Empire de la Chine & de la Tartarie chinoise par le P. J. B. du Halde. Paris, P. G. Le Mercier, 1735, 4 vol. in-fol., v. 100 l.

Armand-Joseph de Béthune

Arrière-petit-neveu de Louis-Basile de Béthune, Armand-Joseph de Béthune est né à Versailles [Yvelines] le 1er juillet 1738 et a été baptisé le 5 juillet en l’église Notre-Dame de Versailles : fils unique de François-Joseph de Béthune (1717-1739), dit « le Marquis d’Ancenis » [Loire-Atlantique], capitaine d’une Compagnie des Gardes-du-Corps du Roi, et de Marthe-Élisabeth de La Rochefoucauld de Roye (1720-1784), dame du Palais de la Reine, mariés le 4 mars 1737.

Porte-document aux armes du duc de Charost
(Galerie Pellat de Villedon, Versailles)

D’abord appelé « marquis de Charost », puis à la mort de son père « duc d’Ancenis » et en 1747 « duc de Charost », Armand-Joseph de Béthune se distingua dans la carrière militaire, a été mousquetaire en 1754, lieutenant-général pour Sa Majesté dans les provinces de Picardie et Boulonnais, gouverneur des ville et citadelle de Calais [Pas-de-Calais], Fort Nieulay et Pays reconquis en janvier 1756 ; colonel dans le Corps des Grenadiers de France le 1er avril 1756 ; le 4 mars 1757, mestre-de-camp d’un Régiment de cavalerie de son nom, qui a été incorporé en 1762 dans le Régiment Royal-Étranger ; mestre-de-camp-lieutenant du Régiment de cavalerie du Roi, le 1er décembre 1762 ;  brigadier des Armées de Sa Majesté, le 4 novembre 1766 ; maréchal de ses Camps et Armées, le 3 janvier 1770.

Louise-Suzanne-Edmée Martel

Le 19 février 1760, en l’église de Saint-Sulpice de Paris [VIe], Armand-Joseph de Béthune a épousé Louise-Suzanne-Edmée Martel (1745-1779), fille unique de Charles Martel (1683-1760), comte de Fontaine-Martel [Bolbec, Seine-Maritime], maréchal des Camps et Armées du Roi, et de sa cousine Françoise Martel de Clères (1721-1773), qui lui apporta en dot la terre de Beaumesnil [Eure], puis, en 1776, le château de Chamilly [Saône-et-Loire]. De ce mariage sont nés : Armand-Maximilien-Paul-François-Edme de Béthune, marquis de Charost, né à Paris le 4 avril 1764, mort au château de Villebouzin [Longpont-sur-Orge, Essonne] le 1er octobre 1765 ; Armand-Louis-François-Edme de Béthune, comte de Charost, né à Paris le 5 août 1770, guillotiné à Paris le 9 floréal An II [28 avril 1794]. Louise-Suzanne-Edmée Martel décéda le mercredi 6 octobre 1779, à 34 ans, au château de Beaumesnil et fut inhumée le 9 octobre dans le chœur de l’église Saint-Nicolas [ruinée au début du XIXe siècle], du côté de l’Évangile.

(Musée Carnavalet)

Veuf, Armand-Joseph de Béthune épousa, le 17 février 1783, en l’église de Saint-Sulpice de Paris, Henriette-Adelaïde-Joséphine du Bouchet de Sourches (1765-1837), dont il n’eut pas d’enfant, fille de Louis-François du Bouchet de Sourches (1744-1786), marquis de Tourzel, et de Louise-Elisabeth de Croÿ d’Havré (1749-1832), dernière gouvernante des enfants de Louis XVI.

Hôtel de Seignelay
(Source René-Jacques,  BHVP,  Roger-Viollet)

En 1785, Armand-Joseph de Béthune, qui habitait depuis cinq ans l’hôtel de Seignelay, rue de Bourbon [80 rue de Lille, VIIe, ministère de l’Industrie et du Commerce], loua à son cousin le comte de La Marck, 

Hôtel 39 rue du Faubourg Saint Honoré (1901)
Bibliothèque, 39 rue du Faubourg Saint Honoré

son autre hôtel du 39 rue du Faubourg Saint-Honoré [VIIIe, propriété de Pauline Bonaparte en 1803, puis résidence de l’ambassadeur de Grande-Bretagne depuis 1814], édifié en 1723 par l’architecte Antoine Mazin (1679-1740) pour son arrière-grand-père, Armand de Béthune (1663-1747), duc de Charost.


Cette même année 1785, il fit démolir l’ancien château de Roucy [Aisne], qu’il tenait de sa mère, et reconstruire celui qui sera détruit lors de la Première Guerre Mondiale :

« Il fit aménager dans l’aile gauche du château, à côté de sa chapelle, une vaste bibliothèque où se trouvaient les livres les plus rares et les plus singuliers, surtout en économie politique. Un grand nombre de ces volumes étaient richement reliés à ses armes, surmontées d’une couronne ducale, dans un manteau de pair de France.
Il se servait aussi de deux ex-libris, finement gravés par Tardieu d’après les dessins de Tharsis. »
(Bulletin de la Société académique de Laon. ST-Quentin, Imp. D. Antoine, 1910, t. XXXIII, p. 133-134)


Son premier ex-libris [60 x 84 mm] est seul signé. Le blason de Béthune, « D’argent, à la fasce de gueules, accompagnée en chef d’un lambel à trois pendants de même », est surmonté d’une couronne ducale, de laquelle émerge un casque de face, aux lambrequins fleurdelysés et ayant pour cimier un phénix essorant ; abrités dans les plis du manteau de pair, deux sauvages, dont l’un est debout et l’autre assis le dos tourné, soutiennent cet écu.


Son second ex-libris [31 x 42 mm] rappelle le premier par sa disposition ; une guirlande de feuillage remplace les tenants de chaque côté de l’écu.

Armand-Joseph de Béthune s’attacha à développer autour de lui le progrès agricole. Il encouragea par ses dons l’ouverture de nombreuses routes, le desséchement des marais, la culture des plantes fourragères et de la garance, la lutte contre les épizooties, la substitution de la charrue à l’araire. 

Château de Meillant (1850)

Château de Meillant (aujourd'hui)

Il fonda à Meillant [Cher], qu’il possédait depuis 1755, une société d’agriculture et améliora la race ovine berrichonne par des croisements avec les moutons mérinos. Louis XV disait de lui : « Vous voyez bien cet homme tout simple, eh bien ! il vivifie trois de mes provinces » : la Picardie, dont il était gouverneur, la Bretagne, où il avait des propriétés, et le Berry qui était son pays de prédilection. Devançant la Révolution, il abolit sur ses terres les droits seigneuriaux et fit, avant le décret du 6 octobre 1789 sur la contribution patriotique, un don volontaire de 100.000 livres.
Très aimé en Berry pour sa grande bienfaisance, le duc de Charost vécut à Meillant pendant la Terreur, mais y fut arrêté le 8 avril 1794 et transféré à Paris, à la prison de La Force, rue Pavée [IVe]. Les pétitions qui affluèrent en sa faveur firent différer sa mise en jugement et le 9 thermidor le sauva, tandis que son seul fils survivant du premier lit était guillotiné.

Armand-Joseph de Béthune fut nommé maire du Xe arrondissement de Paris après le 18 brumaire An VIII [9 novembre 1799], mais mourut, le 5 brumaire An IX [27 octobre 1800], victime de la variole, dont il fut pris en visitant l’Institution des Sourds-Muets, dont il était administrateur ; il fut inhumé le 7 brumaire dans la chapelle du château de Meillant. Il avait été surnommé le « Père de l’humanité souffrante ». 



Une souscription fut ouverte pour lui élever un obélisque en pierre, dans le jardin de l’archevêché, à Bourges [Cher].
Par testament du 3 juin 1798, il avait légué tous ses biens à sa seconde femme. Elle s’occupa peu du château de Meillant et le donna, en 1857, à sa nièce Virginie de Sainte-Aldegonde (1792-1878), duchesse de Mortemart. Son autre nièce Joséphine de Sainte-Aldegonde (1789-1843), comtesse d’Imecourt, hérita du château de Roucy : ses petits-enfants vendirent le château en 1908 et dispersèrent les derniers vestiges de la bibliothèque du duc de Charost qui s’y trouvaient ; le chartrier de Roucy fut heureusement acquis par les Archives départementales.


La plus grande partie des livres du duc de Charost, ceux provenant de ses bibliothèques de Paris installées 80 rue de Lille et 12 rue du Pot-de-Fer-Saint-Sulpice [VIe, partie de la rue Bonaparte, entre la rue Saint-Sulpice et la rue de Vaugirard], furent vendus Salle Silvestre, 12 rue des Bons-Enfants, du mercredi 20 prairial [9 juin] au lundi 7 thermidor [26 juillet] An X [1802], en 40 vacations : Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. de Béthune-Charost (Paris, Méquignon l’aîné, An X-1802, in-8, viij-188 p., 2.600 + 1 double [bis] = 2.601 lots), dont Théologie [200 lots = 7,68 %], Jurisprudence [73 lots = 2,80 %], Sciences et Arts [526 lots = 20,22 %], Belles Lettres [447 lots = 17,18 %], Histoire [1.296 lots = 49,82 %], Supplément [57 lots = 2,19 %].

« La Bibliotheque dont nous publions le Catalogue, offre des Livres importans dans tous les genres ; elle présente aussi des Manuscrits précieux dans les différentes classes, et particulièrement dans l’Histoire.
On trouvera dans les Sciences et Arts de bons livres sur l’Histoire naturelle, beaucoup de livres à figures, tels que la Science des Galeres, manuscrit in-fol. avec dessins de la plus grande beauté, l’Encyclopédie, la Galerie du Palais-Royal, celle de Dusseldorff, &c. Divers Ouvrages de prix, sur l’Architecture, l’Art militaire, &c., &c.
Dans les Belles-Lettres, les Auteurs latins les plus estimés, éditions des Elzevirs & autres, dont le Cicéron Elzevir, celui publié par d’Olivet ; Horace, Virgile, &c.
L’Histoire, qui fait la plus riche partie de cette bibliotheque, réunit des Collections très-précieuses d’ouvrages sur la Géographie & les Voyages, dont quelques-uns manuscrits avec plans dessinés & lavés ; un superbe exemplaire des Costumes religieux & militaires, par Charles Bar, 6 vol. in-fol. ; une suite d’Historiens grecs et latins, des meilleures éditions. L’Histoire de France, complette dans toutes ses parties, offre encore quelques Manuscrits intéressans. L’Histoire étrangère et l’Histoire littéraire contiennent également d’excellens livres ; dans cette dernière partie se trouvent des Collections très-complettes d’anciens Journaux de littérature française et étrangère.
En général les Livres sont bien conditionnés ; on pourra les voir à la Salle de vente, le matin de chaque Vacation, depuis onze heures jusqu’à deux. » [sic]
(« Avertissement », p. iij-iv)

Dans l’exemplaire de la Bibliothèque Astor de ce catalogue, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque publique de New York, une note manuscrite contemporaine a été ajoutée, après avoir remplacé « bien » par « très mal » pour qualifier la condition des livres :    

« mensonge imprimé qu’on ne devoit pas attendre d’un Libraire Dévot, et qu’on ne peut excuser que par son ignorance.
La majeure Partie de cette Bibliotheque provenoit de celle de L’abbé Goujet : Elle présentoit Conséquemment des Livres qu’un homme de Lettres peu fortuné et devenu aveugle vers le milieu de sa Carriere avoit pu réunir pour le Genre de travail auquel il avoit Consacré toutes ses Etudes (L’histoire Littéraire) L’ancienne Bibliotheque de la maison Bethune Charost dans laquelle elle se trouve incorporée étoit à ce qu’il Paroit possédée par des Propriétaires peu Curieux et Sans Goût. Le tems ayant vieilli ces deux Bibliotheques mal rajeunies ne nous a plus offert qu’une masse effrayante de Bouquins. Les Sequestres Revolutionnaires en ont achevé la détérioration ayant donné le tems aux mîtes et à la Pourriture d’entâcher une grande quantité d’articles principalement les grands formats : ajoutez à cela la dégradation des Reliures de Livres déjà mal conditionnés, beaucoup d’ouvrages défectueux et incomplets et vous aurez [illisible] de cette Bibliotheque. » [sic]

Une grande partie des ouvrages provenait effectivement de la bibliothèque de l’abbé Claude-Pierre Goujet (1697-1767), chanoine de l’église Saint-Jacques-de l’Hôpital [détruite en 1829], rue Mauconseil à Paris [Ier], que le duc avait acquise en 1767 et qui passait pour l’une des plus remarquables de son temps.


517. La Botanique mise à la portée de tout le monde, ou Collection des Plantes d’usage dans la Médecine, dans les Alimens & dans les Arts, par Regnault. Paris, 1774, in-fol., fig. color. 120 l. 05.

(Musée national de la Marine)

631. La Science des Galères, qui renferme tout ce qui regarde la construction, l’armement, la manœuvre, le combat & la navigation des Galères, par le chev. de Barras de Lapenne. Marseille, 1697, gr. in-fol., fig., m. r., dent., d. s. tr. Manuscrit. 144 l. 10.


708. Description des projets & de la construction des ponts de Neuilly, de Mantes, d’Orléans, & autres, &c. par Perronnet. Paris, Impr. royale, 2 vol. gr. in-fol., fig. 85 l. 95.


789. Cours d’Hippiatrique, ou Traité complet de la Médecine des Chevaux, par Lafosse. Paris, 1772, in-fol., fig. color., gr. pap., br. en cart. 139 l. 95.


873. M. Tullii Ciceronis Opera. Lugd. Bat. Elzevir, 1642, 10 vol. in-12. Très mauvais état. 33 l. 95.
875. M. Tullii Ciceronis Opera, cum delectu commentariorum Jos. Oliveti. Parisiis, Coignard, 1740, 9 vol. in-4, v. m. 186 l. 05.


1.323. Voyage pittoresque, ou Description des royaumes de Naples & de Sicile, par de Saint-Non. Paris, 1781, 5 vol. in-fol., fig., rel. en cart. 471 l.


1.422. Recueil de tous les Costumes religieux & militaires, avec un abrégé historique & chronologique, enrichi de notes & de planches coloriées, par Jacq. Charles Bar. Paris, 1788, 6 vol. in-fol., rel. en carton. Exemplaire de choix et parfaitement complet. 339 l. 95.


1.598. L’Europe illustre, par Dreux du Radier, ouvrage enrichi de portraits gravés par les soins du sieur Odieuvre. Paris, 1755, 6 vol. in-4, v. éc., fil., d. s. tr. 73 l. 50.


1.871. Histoire militaire du duc de Luxembourg en Flandre. La Haye, 1756, 5 vol. in-4, fig., v. f., fil. 62 l. 05.


2.063. Tableaux de la Suisse, ou Voyage pittoresque fait dans les XIII Cantons & Etats alliés du Corps helvétique. Paris, 1780, 5 vol. in-fol., fig., rel. en cart. 351 l.


2.316. Les Ruines de Palmyre, autrement dite Tedmor au désert. Londres, 1753, in-fol., fig. 71 l. 95.
2.453. Catalogue raisonné des Livres de la Bibliothèque de M. l’abbé Goujet, 6 vol. in-fol. Manuscrit écrit par lui-même. 72 l. 50. à Barbier. 

Collection complette des portraits de MM. les députés de l'Assemblée nationale de 1789
(Paris, Dejabin, 1789, 3 vol. in-4, 601 portraits)
Sotheby's, Paris, 6 novembre 2014 :  5.250 €

























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire