mercredi 27 novembre 2019

Henri Sarriau (1859-1907), archéologue et numismate




Venu de Saint-Pierre-le-Moûtier [Nièvre], où il était né le 3e jour complémentaire de l’An VII [19 septembre 1799], Jean-Denis Sarriau, commissaire-priseur à Cosne-sur-Loire [Nièvre], y épousa, le 13 juin 1825, Foy-Françoise-Hélène Guillerault (1799-1880), marchande de tabacs, et y mourut, veuf, en son domicile de la rue du Trésorier, le 15 janvier 1889.
Leur fils, Claude-Henri-Eugène Sarriau, né à Cosne le 19 octobre 1829, avoué près le tribunal civil de Cosne, puis professeur au collège de Cosne, y épousa, le 10 août 1857, la fille d’un médecin, Marie-Henriette Blandin, née à Cosne le 29 juillet 1832.


Fils des précédents, Jean-Émile-Henri Sarriau est né à Cosne le 2 octobre 1859. Orphelin de père le 1er décembre 1861, puis de mère le 19 avril 1875, il commença ses études sous la direction de son oncle Jean-Jacques-Henri Sarriau (1811-1905), professeur au collège de Cosne, et fut exempté de service militaire comme soutien de famille ; il a accompli une période de 28 jours au 85e de Ligne et fut réformé en 1888 pour raison de santé. 

Berthe Darodes, par J. C. Beckwith (1877)
 Drouot, 19 septembre 2019 : 650 €

Publiciste domicilié à Paris [VIIIe], 20 rue du Cirque, il épousa, le 1er mars 1888, à Trets [Bouches-du-Rhône], Berthe-Marie Darodes, née à Paris [VIe] le 8 mars 1866, qui, orpheline de père et de mère depuis 1879, habitait à Trets avec son frère. Le couple eut un fils le 8 janvier 1889, puis déménagea 45 rue de Berri [VIIIe] avant de s’installer 4 rue Treilhard [VIIIe].

Henri Sarriau fut attaché à la Bibliothèque de l’Arsenal en 1890 et 1891, puis entra au ministère de l’Instruction publique, au service des imprimés.

Vue panoramique de l'Exposition universelle de 1900

Sous la direction de François Carnot (1872-1960) - fils de l’ancien président de la République Sadi Carnot (1837-1894), commissaire de l’Exposition universelle de 1900, à Paris -, il fut attaché au service des Musées Centennaux et chargé de la publication des rapports : Musée rétrospectif de la Classe 14 [Cartes et appareils de géographie et de cosmographie], Musée rétrospectif de la Classe 15 [Monnaies et médailles] et Musée rétrospectif de la Classe 72 [Céramique]. 


À l’Exposition internationale de Saint-Louis [U.S.A.], en 1904, il fut membre des comités du groupe 129 [Économie sociale] et exposant des groupes 17 et 18 [grand prix en collectivité] : il y exposa des ouvrages sur la numismatique. À la suite de cette Exposition, en 1906, il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur.


Cette même année 1906, il fut vice-président du Comité de l’Exposition rétrospective des moyens de transport à l’Exposition internationale de Milan [Italie] et membre du comité de la classe de la céramique.
Membre de Société nivernaise des lettres, sciences et arts en 1880 et de la Société des Antiquaires du Centre en 1889, Henri Sarriau devint correspondant de la Société nationale des Antiquaires de France le 1er juillet 1896. Il fut l’auteur de travaux sur la numismatique et l’histoire du Nivernais : « Un sonnet du duc de Nivernois » (Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts. Nevers, Mazeron, 1892, 14e vol., p. 130), « Les Sculptures romaines du château d’Insèches » (Ibid., p. 131-135, 3 pl.), « État des gués de la Loire entre Digoin et Cuffy au mois de septembre 1587 » (Ibid., p. 136-139), « Translation des restes de Marguerite de Bourbon et de Ludovic de Gonzague, et leur inhumation dans les caveaux de la cathédrale de Nevers le 7 décembre 1595 » (Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts. Nevers, Mazeron, 1892, 15e vol., p. 128-136), « Traité passé en 1561 par Marie de Bourbon, duchesse de Nivernais, avec les fournisseurs de sa maison » (Ibid., p. 137-144), 


« Numismatique nivernaise » (Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts. Nevers, Mazeron, 1894, p. 1-152, 11 pl.), « Inscriptions romaines trouvées à Entrains (Nièvre) » (Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts. Nevers, Mazeron, 1896, p. 145-157, 2 pl.), « État actuel de la numismatique nivernaise » (Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts. Nevers, Mazeron, 1899, p. 233-266, 1 pl.), « Note sur deux éditions des Coutumes du Nivernais » (Ibid., p. 472-475), « Épisode d’une inondation de la Loire à Cosne en 1790 » (Ibid., p. 476-482).  


Son ex-libris [79 x 62 mm], dessiné et gravé par l’artiste peintre parisien Auguste Muri (1854-1908), installé à Donzy [Nièvre], représente un bibliophile chez les bouquinistes des quais de la Seine.

Henri Sarriau mourut subitement et prématurément, dans sa 48e année, en son domicile, 4 rue Treilhard, le 4 janvier 1907. Ses obsèques eurent lieu à Cosne, le 8 janvier, en l’église Saint-Jacques. Il fut inhumé au cimetière de Cosne.


Sa bibliothèque fut vendue par sa veuve le mardi 29 octobre 1929, à l’Hôtel Drouot, salle n° 8 : Catalogue d’autographes nivernais et documents manuscrits et de livres anciens et modernes appartenant à Mme S*** (Paris, Noël Charavay et Ch. Bosse, 1929, in-8, 39 p.), dont Archéologie, Numismatique, Beaux-Arts, Arts industriels, Histoire et Géographie, Livres illustrés publiés par Boussod, Calmann-Lévy, Conquet, Ferroud, Launette, Quantin, etc.

Le Figaro, mercredi 30 octobre 1929

Une partie fut achetée par la Librairie Gaston Saffroy, 4 rue Clément [VIe], qui la détailla dans son catalogue [n° 19, février 1930, p. 32-41].

Berthe-Marie Darodes mourut le 16 mars 1936, en son domicile, 4 rue Treilhard ; ses obsèques eurent lieu en l’église Saint-Augustin, le 19 mars.
















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire