samedi 24 février 2018

Repères biographiques et bibliographiques rétiviens



Un des grands écrivains du XVIIIe siècle, travailleur infatigable tourmenté par un érotisme souvent plus obscène que libertin, auteur en 35 ans de 187 volumes, sous 44 titres, totalisant près de 57.000 pages, fut aussi imprimeur.
Nicolas-Edme Rétif, aîné des sept enfants du second mariage d’un marchand, lieutenant au bailliage de Sacy [Yonne], fut baptisé le jour de sa naissance, le 23 octobre 1734 [son père signe « Retif »].
D’abord destiné à l’état ecclésiastique, il fut envoyé en 1751 à Auxerre, en apprentissage chez François Fournier, imprimeur depuis 1742, rue de l’Horloge : sur le brevet d’apprentissage, daté du 24 septembre 1751, le père et le fils adoptent pour leur nom la graphie « Retif », sans « s », ni accent.
Devenu compagnon, il décida de se rendre à Paris où il fut engagé, en 1755, à l’Imprimerie royale, fondée cent quinze ans plus tôt par le Roi Louis XIII ; installée au Louvre, elle était alors dirigée par Louis-Laurent Anisson-Duperron. Mal payé, Nicolas entra l’année suivante chez Claude Hérissant, rue Notre-Dame, et prit pension rue Galande, chez un compagnon soissonnais, Laurent-Nicolas Sellier, fils de feu Adrien Sellier qui avait été compagnon chez Jacques Quillau dans les années 1720 :

« Je travaillais avec tant d’action, les deux derniers jours de la semaine, que j’en avais les mains absolument couvertes de taches rouges. »

Sur la fin de 1757, Nicolas fut engagé chez André Knapen, trisaïeul de Mallarmé, rue Saint-André-des-Arcs, imprimeur de la Cour des Aides et spécialisé dans les factures, placards, libelles et pamphlets.
Après un détour de quelques semaines à Dijon, chez l’imprimeur Jacques Causse, il accepta la place de prote [« garçon imprimeur » dit l’acte de mariage] que son ancien maître lui offrit à Auxerre.

Là, espérant mettre un terme à ses fredaines, sa famille l’encouragea à épouser la fille d’un apothicaire dans les armées de sa majesté, Agnès Lebègue, le 22 avril 1760 [paroisse Saint-Loup]. Ils eurent quatre filles avant de se séparer, et divorcèrent en 1794. C’est au bas de son acte de mariage que Nicolas signa pour la première fois « N. E. A. [Nicolas-Edme-Augustin] Restif ». En 1767, il signa « M. de la Bretone », du nom de la ferme que ses parents avaient achetée à Sacy en 1740, et en 1769, il devint « Rétif de la Bretonne ». On doit donc le nommer « Nicolas Rétif de la Bretonne ».


Ayant regagné Paris, il reprit du service à l’Imprimerie royale avant d’assurer, à partir de 1764, la marche de l’officine de F.-A. Quillau, rue du Fouarre, imprimeur de la Faculté de médecine, qui comprit bientôt 66 ouvriers et 12 presses. Il gagnait 18 livres par semaine, outre un exemplaire des ouvrages imprimés. 



C’est là qu’il imprima lui-même, pendant les cinq premiers mois de 1767, son premier roman, La Famille vertueuse (4 vol. in-12, 2.000 ex.), qu’il avait vendu à la veuve Duchesne, libraire rue Saint-Jacques. Il résolut alors de se « consacrer tout entier à la littérature ». Il avait 33 ans.

Il ne cessa pas pour autant de fréquenter les ateliers d’imprimeurs, pour surveiller l’impression de ses ouvrages, dans le format in-12 :

« Je paie mon imprimeur, mon papetier, mon graveur, mon dessinateur, mon relieur, ma brocheuse, mon assembleur, mon crocheteur. »

Pour réduire les frais, il lui arriva donc d’imprimer lui-même certains de ses ouvrages, secondé par des compositeurs qui participèrent parfois financièrement à l’opération. Parallèlement, il lisait des épreuves pour les libraires Humblot et Ganneaux.



C’est ainsi qu’il imprima, chez Quillau, en septembre 1768, Le Pied de Fanchette (1769, 3 vol., 1.000 ex.), 



en octobre La Fille naturelle (1769, 2 vol., 1.000 ex.) 



et à la fin de l’année les Lettres de Lord Austin de N** (1769, 2 vol., 1.500 ex.).
En 1769, Nicolas était logé chez le libraire Edme Rapenot, rue des Carmes. 



Au mois d’avril, il imprima, encore chez Quillau, avec l’aide d’un nommé Michel, Le Pornographe (1769, 1 vol., 2.000 ex.), premier tome de la fameuse série des « graphes », les seuls dans le format in-8 (sauf L’École des pères, 1776, et L’Anti-Justine, 1798). 



La Mimographe (1770, 1 vol., 2.000 ex.) fut imprimée dans les mêmes conditions et achevée en mars 1770. 



Le Thesmographe (1789, 1 vol.) est le plus rare.
En 1770, Nicolas habita la maison de son imprimeur d’alors, Valeyre l’aîné.



L’année suivante, il imprima lui-même Le Marquis de T… (1771, 4 vol., 1.000 ex.), aidé par le fils de son ancien maître auxerrois.



Le 1er novembre 1775 parut Le Paysan perverti (1776, 4 vol., 3.000 ex., dont 400 sous l’adresse de Le Jay, libraire rue Saint-Jacques), premier essai de l’école naturaliste ; pour compositeur, Nicolas avait eu un nommé Laugerot. La vente fut arrêtée le 3 février 1776, car l’ouvrage fut considéré « scandaleux et contraire aux bonnes mœurs » ; la police fit saisir tous les exemplaires le 9 mars. La 4e édition, réalisée en 1782, mais portant la date de 1776, comporte 82 dessins de Binet gravés par Le Roy et Berthet.
Ce n’est qu’en 1777 que Nicolas fit appel pour la première fois à un dessinateur, André Dutertre.



Nouvellement relogé, Nicolas imprima lui-même en 1778 Le Nouvel Abeilard (4 vol.) chez André Cailleau, frère de la veuve Duchesne ; le livre contient 10 gravures qui sont peut-être les plus charmantes qu’on trouve dans ses œuvres.



Le 3 avril 1783, il travailla lui-même à la première feuille de Le Paysan et la Paysanne pervertis (1784, 4 vol., 120 fig. de Binet gravées par Le Roy, Berthet et Giraud).
L’Instituteur d’un prince-royal (1792, 2 vol.), titre de la seconde édition des Veillées du Marais, fut commencé à être imprimé en 1784 chez Chardon, imprimeur rue de La Harpe. Dans le même atelier, Nicolas travailla à l’impression des Françaises en 1786 (4 vol., 34 fig.).

Il fut présenté en 1787, par son ami l’écrivain Louis-Sébastien Mercier, à la comtesse Fanny de Beauharnais qui l’invita à venir souper tous les vendredis, rue de Tournon. 



En 1787 et 1788, il imprima les 14 premières parties des Nuits de Paris (1788-1789, 3.000 ex.). Il fut du petit nombre de ceux qui sentirent l’approche de la Révolution et écrivit prophétiquement : « Une Révolution funeste se prépare ».

C’est en 1788 qu’il se fixa au 11 rue de la Bûcherie [Ve] . 



En octobre 1789, après avoir pris connaissance de l’Ingénue Saxancour (1789, 3 vol.) dirigée contre lui, son gendre Charles-Marie Augé le dénonça, en vain, comme auteur d’ouvrages contraires aux bonnes mœurs. Le Bibliophile Jacob considère que ce dernier ouvrage « est le plus rare de tous ceux de Rétif… les pages 249-252 du tome III manquent presque toujours. »




En 1789, Nicolas composa et imprima encore Le Palais Royal (1790, 3 vol., 3 fig.). Après la Révolution, il disposa d’une imprimerie rue de la Bûcherie ; il possédait deux presses en 1802. Il put donc y imprimer un certain nombre de ses ouvrages. Il y réalisa sa première composition le 9 février 1790.



Le Drame de la vie (1793, 5 vol., portrait de Rétif dans un petit nombre d’exemplaires au 1er vol.) fut « Imprimé à Paris, à la maison » en 1792 et 1793, mais n’a paru qu’en 1796.
Les 15e (1790) et 16e (1794, rarissime) parties des Nuits de Paris furent typographiquement composées et imprimées au fur et à mesure des événements par Nicolas : véritable journal personnel de l’écrivain pendant la Révolution, elles ont un intérêt exceptionnel. Les 18 figures des Nuits de Paris, dans lesquelles il est presque toujours représenté avec son costume caractéristique de spectateur nocturne, sont attribuées à Binet.
Sa santé ne lui permit pas de composer entièrement L’Année des dames nationales (1791-1794, 12 vol., 31 fig.).



Le manuscrit du récit de sa vie, Monsieur Nicolas, fut achevé le 31 janvier 1792. « Imprimé A La Maison » depuis 1796, l’ouvrage fut terminé le 21 septembre 1797 (16 vol., 139 fig.). Une note de la page 4108 explique :

« La grosseur du caractère typographique marque toujours l’importance donnée à l’héroïne de l’aventure … le caractère italique est toujours indicatif de l’immoralité d’état. »

Rue de la Bûcherie, Nicolas apprit le métier d’imprimeur à son neveu, Edme-Étienne Rétif, qui épousa sa fille Marion et qui décéda prématurément en 1794.

On ne connaît que quatre exemplaires (3 à la BnF, 1 aux U.S.A.) de L’Anti-Justine, ou les Délices de l’amour (1798, 1 vol.). C’est un des ouvrages les plus obscènes de la littérature. Resté inachevé lors de l’entrée de Nicolas dans la police secrète en mai 1798, où il resta jusqu’en juin 1802, il est un complément à son autobiographie. Deux gravures, sur soixante prévues et 40 réalisées, sont parvenues jusqu’à nous. Nicolas, alors âgé de 64 ans, a probablement détruit les feuilles tirées en 1798 ; jusqu’en 1802, aucune publication n’est sortie des presses rétiviennes.
L’attribution de L’Anti-Justine au publiciste Simon Linguet s’explique par le mépris de Rétif pour le Rémois guillotiné en 1794.

Photo Librairie Camille Sourget

En juillet 1802, la police saisit Les Posthumes (4 vol., 4 fig.) ; les gravures ne se rencontrent presque jamais dans les exemplaires remis en vente longtemps après la saisie.

Ah ! la culture des journalistes ...

Malade, et ruiné par la dépréciation des assignats, Rétif mourut en sa maison du 16 rue de la Bûcherie le lundi 3 février 1806. Le 5, après un service en l’église Notre-Dame, il fut inhumé au cimetière Sainte-Catherine. Il avait souhaité l’être au cimetière de Sacy. Agnès Lebègue lui survivra jusqu’en 1808.
Rétif laissait plusieurs ouvrages achevés, mais inédits. Certains furent remis à Louis-Sébastien Mercier, mais son héritier, un nommé Lallement, les aurait brûlés en 1819. Le plus important, L’Enclos et les Oiseaux, qui avait été saisi en 1802, tomba au début du XXe siècle entre les mains de marchands qui le dispersèrent.

À la parution de la Bibliographie et iconographie de tous les ouvrages de Restif de la Bretonne (Paris, Auguste Fontaine, 1875), par P. L. Jacob, Bibliophile, les bibliophiles se jetèrent sur les ouvrages de l’écrivain. Depuis, oubliés et dédaignés, ces livres « imprimés avec des têtes de clous sur un papier à chandelle » furent détruits comme invendables, après en avoir néanmoins retiré les gravures. Les éditions originales sont devenues rares. En dehors de la BnF et du British Museum, qui ne possèdent pas de collection complète, seule la Bibliothèque municipale de Troyes conserve une grande partie de l’œuvre, grâce au legs d’un bibliophile troyen. Quelques riches bibliothèques des U.S.A. possèdent une partie de l’œuvre de Rétif. La Bibliothèque municipale d’Auxerre conserve quelques volumes.

Dans certains exemplaires d’une même édition, des différences existent ; Rétif nous en donne lui-même l’explication :

« Si les censeurs me changeaient, j’avais la patience de tirer cinquante à soixante exemplaires, d’après leur attentat adultérin ; je rétablissais ensuite ma pensée, soit pendant le dîner des pressiers, soit la nuit. Il me fallait ensuite la plus grande attention, à la brochure, pour donner à propos les exemplaires cartonnés, au censeur lui-même »

De l’intérêt, pour un auteur, d’être aussi imprimeur.


1 commentaire:

  1. La distinction entre Rétif et Restif n'est pas si simple : si je comprends bien l'article, la première orthographe était Restif, c'est d'ailleurs ce qui est gravé sous son portrait le plus répandu, puis il devient Rétif en 1769. Quelle orthographe choisir en bibliographie : Rétif même si l'article est écrit avec Restif ? Ou utiliser les 2 orthographes ?
    Cordialement
    PEL

    RépondreSupprimer