mercredi 24 juin 2020

Ernest Flammarion (1846-1936), le « Boucicaut du livre »

Carte de Cassini


Les Flammarion sont originaires d’Avrecourt [Haute-Marne], où ils furent laboureurs, de père en fils, à la ferme de Belfays, au XVIIe siècle. Au siècle suivant, ils épousèrent des jeunes filles des villages voisins, Is-en-Bassigny, Recourt et Montigny-le-Roi.

Maison natale d'Ernest Flammarion, à Montigny-le-Roi
Étienne-Jules Flammarion, né à Montigny-le-Roi le 10 décembre 1810, tailleur d’habits, épousa, le 30 janvier 1839 à Illoud [Haute-Marne], Pauline-Françoise Lomon, née à Illoud le 25 janvier 1819, fille d’un meunier. Ils eurent quatre enfants : Nicolas-Camille, le 26 février 1842, Céline-Berthe, le 16 octobre 1844, et Jules-Ernest, le 30 mai 1846, nés à Montigny-le-Roi ; Anne-Marie, née le 17 avril 1856 chez son grand-oncle maternel, vigneron à Illoud. Arrivé en 1856 à Paris après un mauvais investissement dans une tuilerie, Étienne-Jules Flammarion était devenu concierge, 17 boulevard des Italiens [IIe, détruit ; siège central du Crédit Lyonnais depuis 1878], au coin de la rue de Grammont, en face de la Librairie nouvelle : celle-ci, fondée par Achille Bourdilliat (1818-1882) en 1852, était à l’autre coin de la même rue, 15 boulevard des Italiens [détruit ; salle Marivaux de 1919 à 1986, puis Café Grammont].


Après avoir débuté comme commis chez un marchand de tissus de la rue du Sentier [IIe] dès l’âge de 13 ans, Ernest Flammarion devint, en 1867, représentant de commerce à la Librairie académique Didier et Cie, 35 quai des Augustins [VIe, ancien hôtel Feydeau de Montholon] : il était domicilié alors 10 rue des Moineaux [Ier, disparue en 1876 à l’achèvement de l’avenue de l’Opéra].

Photographie Eugène Atget
Pierre-Paul Didier (1800-1865), succédant à l’Imprimerie et librairie ecclésiastiques d’Adrien Le Clère et Cie, avait ouvert sa librairie en 1828 sous le nom de Librairie académique Didier ; en 1856, il avait associé ses commis Désiré Glorian et Charles Morel sous la raison sociale Librairie académique Didier et Cie ; il s’était retiré vers 1862 et était décédé brutalement le 2 décembre 1865 en son domicile du 2 rue Séguier [VIe, hôtel des Didot].

Ernest Flammarion
Le 20 septembre 1873, à Paris [VIIe], Ernest Flammarion épousa Eugénie-Constance Conty, couturière, née à Paris le 29 avril 1850, fille de Philippe-Victor-Dieudonné Conty, ouvrier menuisier en bâtiments, et d’Adélaïde-Marie Ladoué. Le couple eut trois enfants : Sylvie-Camille, née à Paris [VIe] le 28 juillet 1874, qui épousa, le 22 mars 1897 à Paris [VIe], Alfred-Louis Monprofit, né à Fismes [Marne] le 5 août 1872, fils de Louis Monprofit, chef de station au chemin de fer de l’Est, et de Hortense Dubuisson ; Louis-Albert, né à Paris [VIe] le 20 mars 1877, qui épousa, le 2 juin 1902 à Paris [VIe], Jeanne-Constance-Berthe Engel, née le 28 octobre 1875 à Paris [VIe], fille de Michel Engel (1844-1916), relieur, et de Anna-Eugénie Delimoges (1854-1923) ; Charles-Clément, né à Saint-Mandé [Val-de-Marne] le 28 septembre 1884, qui épousa, le 12 janvier 1907 à Paris [VIe], Lucienne-Éva-Catherine-Émilie-Madeleine Engel, née à Meudon [Hauts-de-Seine] le 20 juillet 1884, fille de Michel Engel, relieur, et de Anna-Eugénie Delimoges.

Galeries de l'Odéon
Photographie Eugène Atget, BnF
Au cours de cette année 1873, Ernest Flammarion avait fait la connaissance du libraire Charles-Adolphe Marpon (1838-1890), installé sous les galeries de l’Odéon [VIe], qui le prit comme commis le 2 novembre 1874. Ernest Flammarion habitait alors 22 boulevard Saint-Michel [VIe].

Charles Marpon était né à Nancy [Meurthe-et-Moselle] le 26 septembre 1838, fils d’un ancien jardinier devenu imprimeur sur mousseline. Venu tout jeune à Paris avec sa famille, il fut mis en apprentissage dès sa sortie de l’école communale, avant d’entrer comme conducteur de machine à l’imprimerie Dubuisson et Cie, 5 rue Coq-Héron [Ier], imprimerie spéciale pour les entreprises de journaux. Son frère Lucien-Alphonse Marpon (1835-1888) ayant pris la succession du libraire Louis-Alphonse Taride (1825-1859), 4-7 galeries de l’Odéon, il s’associa avec lui en 1867. Les deux frères rachetèrent progressivement les boutiques qui se libérèrent sous les arcades de l’Odéon. En 1869, Charles Marpon resta seul maître, son frère étant plus intéressé par les spéculations boursières. Pendant la guerre de 1870, il conserva ses employés et vint même au secours de l’un de ses confrères, en lui achetant d’un coup plusieurs milliers de volumes.

« Quand je me suis associé avec Charles Marpon en 1873, un de ses frères, qu’on appelait le major, était installé dans la petite guérite qui servait de caisse, bureau, comptabilité, etc. Il faut ajouter que cette dernière ne se composait que d’un seul registre et que, l’hiver, les inscriptions devaient se faire au crayon, l’encre étant gelée dans l’encrier. Le major était un ancien sergent des grenadiers de la garde, qui avait eu l’honneur d’apprendre les premiers maniements du chassepot au petit prince, le fils de Napoléon III.
Nous avions comme voisin et confrère le brave père Hurtau de qui nous devions reprendre le fonds quelques années plus tard. C’était un amoureux du livre et il collectionnait tellement que l’achat de son stock nous a effrayés au premier abord.
Brasseur louait depuis déjà longtemps les journaux dans un cabinet de lecture d’au moins quatre mètres de surface, où une dizaine de lecteurs se sentaient les coudes. Le journal à un sou a tué cette industrie.
Notre librairie se composait alors de trois arcades seulement et c’était un continuel casse-tête de placer dans un aussi petit espace la quintessence d’une bonne librairie d’assortiment. »
(Ernest Flammarion. « Les Galeries de l’Odéon ». In Le Gaulois, lundi 26 mars 1900, p. 1)

Galeries de l'Odéon et rue Rotrou-rue de Vaugirard
Le 24 juin 1875, Charles Marpon et Ernest Flammarion s’associèrent pour développer les ventes de livres au rabais et agrandir la maison : aux 1 à 7 galeries de l’Odéon et au 4 rue Rotrou [VIe] s’ajoutèrent les succursales du 3 boulevard Saint-Martin [IIIe, Librairie populaire de la Ruche], dès 1875, et du 10 boulevard des Italiens - 2 passage de l’Opéra [galerie du Baromètre, IXe ; Eugène Rey (1869-1949), libraire boulevard des Italiens, puis rue Drouot, y fut commis vers 1884 ; détruit en 1925] en 1876. 


Ils publièrent bientôt leur premier livre : La Corde au cou (1876), du caricaturiste André Gill. Suivirent en 1877 : La Grande Symphonie héroïque des punaises, par Nadar et Charles Bataille, 


et Voyage aux pays annexés, par Victor Tissot, où ils se présentèrent pour la première fois comme éditeurs. Ernest Flammarion habitait alors 4 rue Rotrou.


A l’époque, Marpon et Flammarion commencèrent à séjourner, pendant l’été, à Pornichet [Loire-Atlantique] où Philippe Toubon, libraire 21 rue des Grands Augustins [VIe], avait ouvert en 1875 les portes de l’Hôtel des Bains et de la Plage [aujourd’hui Résidence de la Plage, 70 boulevard des Océanides]. 

Famille Taride, dans la villa "Ker Marie", à Pornichet
D’autres libraires, comme Jules Taride (1832-1895) et Georges Charpentier, firent construire à Pornichet leurs résidences de vacances, contribuant à la notoriété de la commune et de sa plage, qui jouxte celle de La Baule et qui fut surnommée la « Plage des Libraires ».

Par suite d’arrangements intervenus entre Marpon et Flammarion d’une part et la Librairie internationale A. Lacroix [Albert Lacroix (1834-1903)] et Cie, 13 rue du Faubourg Montmartre [IXe], premier éditeur d’Émile Zola, d’autre part, Marpon et Flammarion furent chargés de la vente exclusive des ouvrages du fonds de la Librairie internationale, ainsi que de leur exploitation à partir du 1er avril 1878.

Engagé comme commis par solidarité régionale, Auguste Vaillant, né le 21 mai 1853 à Bourmont [Haute-Marne], épousa, le 30 novembre 1878, Anne-Marie Flammarion, née à Illoud le 17 avril 1856, sœur d’Ernest Flammarion, domicilié alors 20 rue de Vaugirard [VIe].


Le succès des éditions de Marpon et Flammarion vint avec la première édition illustrée de L’Assommoir (1878) par Émile Zola, 


l’Astronomie populaire (1879) par Camille Flammarion, l’Histoire de la Révolution française (1879, 9 vol.) et l’Histoire de France (1879, 19 vol.) par Jules Michelet, suivi par le Précis de la Révolution française (1881), par le même. Les livres illustrés furent souvent vendus en fascicules.

En 1881, Marpon et Flammarion inaugurèrent la « Collection des grands historiens contemporains étrangers » avec Histoire de la civilisation en Angleterre (3 vol.), par Henry-Thomas Buckle, traduite de l’anglais par A. Baillot. Les deux associés installèrent d’autres succursales, dont celle du 14 rue Auber [IXe].

« Le matin, les effluves odorants du Luxembourg se changeaient parfois en bourrasques qui faisaient voltiger les livraisons de la Géographie de Reclus, de la Nature et de l’Astronomie populaire, dont les trois grandes piles formaient l’avant-garde des séries illustrées.
A dix heures, Marpon arrivait du Voltaire, dont il était administrateur, et m’apportait le dernier mot de Scholl à son ami Camille Etiévant. Un des premiers visiteurs quotidiens était M. de Bullemont, secrétaire général de la Préfecture de police, souscripteur fidèle à la Bibliothèque littéraire de Lemerre et à la collection artistique de Jouaust, dont les premiers volumes faisaient prime aussitôt leur apparition. Puis c’était Asseline, se rendant à une commission du conseil municipal installé au Sénat pendant l’exil des deux Chambres à Versailles ; Larroumet, qui faisait son cours de rhétorique au lycée Henri IV ; O. Sainsère, Joanne, allant chez Hachette corriger les épreuves de ses Guides ; Théodore de Banville, qui venait fouiller dans les boîtes de livres d’occasion.
A midi je descendais dans la petite boutique de la rue Rotrou où le gazouillement de ma fille – depuis Mme Monprofit – effaçait les soucis de la matinée. Cette boutique était placée entre le grand café Tabourey, qui faisait le coin de la rue Vaugirard, où Barbey d’Aurevilly et François Coppée prenaient leur apéritif, et la brasserie Schaller, où André Gill et Jules Vallès se faisaient un malin plaisir de terrifier les consommateurs par l’annonce d’une nouvelle Commune !
A deux heures apparaissait la silhouette majestueuse de Leconte de Lisle faisant sa promenade quotidienne des galeries, puis Bourget venant recommander la bonne exposition de son premier né : la Vie inquiète ; Léon Bourgeois, Savary, futur sous-secrétaire d’Etat, disparu aussi vite qu’il était monté dans les sphères gouvernementales ; Alphonse Daudet et son éditeur et ami Georges Charpentier, dont j’ai conservé la photographie prise à leur insu devant l’étalage de livres ; Paul Meurice, avec qui nous étions en affaire d’édition pour les volumes in-18 de l’Homme qui rit et des Travailleurs de la Mer, de Victor Hugo ; Duquesnel et son acteur favori Porel, qui devait devenir à son tour directeur de l’Odéon. Il avait succédé à La Rounat que j’aidais à monter en voiture avec ses béquilles. Une chute malheureuse l’avait estropié. […]
Vers six heures, nous nous égayions des rendez-vous discrets dont les seuls habitués reconnaissaient les favorisés. Cela était si commode d’attendre le bien-aimé en feuilletant les nouveautés ! A la même heure, Verlaine montait à l’Académie – celle de la rue Saint-Jacques ; Camille Flammarion se dirigeait vers l’Observatoire, en revenant de chez Gauthier-Villars, où il publiait alors la suite des Etudes et Lectures de l’illustre Babinet.
Le soir, le Parnasse nous apparaissait avec Albert Mérat et Mendès débordant d’enthousiasme, avec ce bon sourire des yeux que nous retrouvons toujours chez ce bon Catulle ; Richepin, suivi de son fidèle Raoul Ponchon ; Octave Uzanne et son ami Rochard, tenant en laisse un superbe chien ; Paul Arène, Brunetière, Jules Roche et Pichon, le petit Pichon, comme on l’appelait ; il est actuellement le représentant de la France à Pékin. »
(Ernest Flammarion. Ibid.)

Bibliothèque de Camille Flammarion, à Juvisy-sur-Orge
Ce fut en 1882 que Camille Flammarion hérita d’un mécène la propriété de Juvisy-sur-Orge [Essonne], qu’il transforma en observatoire. Au premier étage furent installés ses appartements privés. Près de la volée d’escalier, se trouvaient un couloir tapissé de livres, la bibliothèque et le bureau. Le décor des boiseries de la bibliothèque était recherché : douze signes du zodiaque, douze instruments d’astronomie et autant d’emblèmes scientifiques ou littéraires y furent sculptés. La bibliothèque aurait contenu un exemplaire de son ouvrage Dans le ciel et sur la terre (Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1886) – et non Les Terres du ciel, comme il a été dit-, relié avec la peau des épaules de la comtesse de Saint-Ange et portant en lettres d’or « Souvenir d’une morte ».

Marque de Marpon et Flammarion
En mars 1882, Marpon et Flammarion achetèrent l’Imprimerie Arnous de Rivière, 26 rue Racine [VIe], près l’Odéon, et s’y installèrent. Trois ans plus tard, ils se rendirent acquéreurs de l’Imprimerie Tolmer, 3 rue Madame [VIe].
L’éditeur Georges Charpentier, qui se trouvait depuis 1879 dans une situation financière précaire, avait dû faire appel à des financements extérieurs. Après l’échec de négociations avec Calmann-Lévy, il se tourna vers Marpon et Flammarion : il leur céda la moitié de sa maison en 1883, devant alors leur soumettre ses choix en matière d’édition. Mais il ne parvint jamais à apurer complètement ses comptes et dut céder à ses associés des parts du capital à plusieurs reprises : en 1884, Marpon et Flammarion étaient devenus propriétaires des trois quarts de la Société G. Charpentier et Cie.

Le 25 août 1883, à Paris [IXe], Charles Marpon épousa Marie-Ernestine Poux, née à Champagnole [Jura] le 25 avril 1848, fille de Pierre-Ambroise Poux, voiturier, et de Joséphine Michoudet, ménagère : ils reconnurent alors leur fille Jeanne-Léonie-Marie, née quinze ans auparavant, le 29 janvier 1868. 


En cette année 1883, Ernest Flammarion possédait une résidence secondaire à Saint-Mandé [Val-de-Marne], 39 avenue Daumesnil.

On trouvait alors au catalogue Marpon et Flammarion des ouvrages aussi divers que le Bréviaire de l’amour expérimental (1882), par le Dr Jules Guyot ; 


le Dictionnaire de l’argot des typographes (1883), par Eugène Boutmy ; 


Les Tireurs au pistolet (1883), par le baron de Vaux ; Les Églises de Paris (1883), par Viollet-le-Duc ; La Navigation aérienne (1885), par Augustin-Henry et Augustin-Frédéric Hamon, 


ou La Vie de Victor Hugo (1886), par Alfred Barbou, éditée avec Georges Charpentier.
Le romancier Alexis Bouvier confia à Marpon et Flammarion Le Bel Alphonse (1883), 


Hector Malot La Petite Sœur (1884) 



et Guy de Maupassant les Contes du jour et de la nuit (1885) et Toine (1885).


Les livres de cuisine firent leur entrée avec La Cuisine à l’usage des ménages (1884), par le baron Brisse.


Marpon et Flammarion publièrent Les Gaîtés de l’escadron (1886), le premier livre de Georges Courteline ; 


La Belle Nivernaise. Histoire d’un vieux bateau et de son équipage (1886), par Alphonse Daudet ; La France juive. Essai d’histoire contemporaine (1886, 2 vol.), traité antisémite qui fit scandale, par Édouard Drumont ; 


Le Monde avant la création de l’homme (1886), par Camille Flammarion, 


suivi de La Création de l’homme (1887), par Henri Du Cleuziou, dans la collection « Bibliothèque scientifique populaire ».
Ils lancèrent un Dictionnaire populaire de médecine usuelle d’hygiène publique et privée (1887, 2 vol.), par le Docteur Paul Labarthe.


La même année 1887, ils créèrent la collection des « Auteurs célèbres », à 60 centimes, avec Lumen, par Camille Flammarion, et Thérèse Raquin, par Émile Zola : riche d’environ deux cents titres en 1890, cette collection s’arrêta en 1912, après six millions d’exemplaires vendus.


Les Femmes d’amis, par Georges Courteline [né Georges Moinaux], 

Photographie BnF
et Les Gaîtés bourgeoises, par son père Jules Moinaux [né Joseph-Désiré Moinaux], inaugurèrent en 1888 une collaboration avec l’illustrateur Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923). 


Marpon et Flammarion donnèrent Sur l’eau (1888), par Guy de Maupassant, 


une « Bibliothèque de la vie moderne » avec Le Mahatma (1888), par Gaston Bussy et Gaston Lèbre, 


Les Premières Civilisations (1889), par Gustave Le Bon, et le Mariage riche (1889), par Hector Malot.

Le 24 octobre 1887, Jeanne-Léonie-Marie Marpon avait épousé Noël-Eugène Fasquelle, secrétaire de la « Bibliothèque Charpentier » depuis 1886, né à Paris [Xe] le 28 mars 1863, fils de Léon-Alfred Fasquelle (1835-1917), architecte, et de Joséphine Charlot. Parmi les témoins se trouvaient Georges Charpentier, éditeur, chevalier de la Légion d’honneur, demeurant 11 rue de Grenelle [VIIe], Arsène Houssaye, homme de lettres, officier de la Légion d’honneur, 49 avenue de Friedland [VIIIe], et Ernest Flammarion, éditeur, 26 rue Racine.

Dans la « Collection Guillaume », qui se composait d’ouvrages publiés aussi chez d’autres éditeurs [Calmann Lévy, Dentu, Édouard Guillaume, Lemerre], Marpon et Flammarion publièrent : 


Tartarin sur les Alpes (1886), 


Tartarin de Tarascon (1887), 


Sapho, mœurs parisiennes (1887), 


Trente ans de Paris (1888), 


Souvenirs d’un homme de lettres (1888),



Notre-Dame de Paris (1888),



Uranie (1889), 


Jack (1889), 


La Faute de l’abbé Mouret (1890), 


Port-Tarascon, dernières aventures de l’illustre Tartarin (1891), 


L’Obstacle, pièce en 4 actes (1891),


Daphnis et Chloé (1892), 


Rose et Ninette. Mœurs du jour (1892). 

Après la mort de Charles Marpon, arrivée le 25 juin 1890 en son domicile du 24 boulevard Poissonnière [IXe], Ernest Flammarion céda à Eugène Fasquelle l’intégralité des droits de la Société Marpon et Flammarion dans la Société G. Charpentier et Cie : la Société G. Charpentier et E. Fasquelle fut alors créée.
Au mois de septembre 1890, Flammarion engagea comme commis un autre haut-marnais, le futur éditeur Albin Michel (1873-1943), qu’il confia à Auguste Vaillant.

Le 1er octobre 1891, Flammarion acquit, à un prix dérisoire, le fonds de l’éditeur Damase Jouaust (1834-1893) qui, découragé, quittait les affaires.



La même année 1891, Flammarion lança une collection « Bibliothèque pour tous », à 75 centimes, avec des titres comme Manuel complet de tous les jeux de cartes, par Adhémar de Longueville, ou Manuel du serrurier, par L. Therrode.


Le catalogue Flammarion s’étendit en 1892 avec la collection « Les Auteurs gais », inaugurée par Pas de bile ! d’Alphonse Allais, 



suivi, en particulier, par Georges Courteline : Messieurs les ronds-de-cuir (1893), Un client sérieux (1897).


Jules Renard donna Poil de carotte en 1894, illustré par Félix Vallotton (1865-1925).

Le 29 juin 1895, Flammarion s’associa avec son beau-frère Auguste Vaillant (1853-1921) pour la gestion des librairies, lui-même s’occupant de la maison d’édition. Flammarion apportait ses huit librairies : galeries de l’Odéon, rue Rotrou-rue de Vaugirard, boulevard des Italiens, rue Auber [fermée en 1929], boulevard Saint-Martin, rue du Faubourg-Saint-Honoré [VIIIe, ouverte en 1890 et cédée en 1896 au fils de sa sœur Berthe ; une autre ouvrira dans la même rue en 1924], rue de Marengo [Ier, achetée en 1887] et Versailles [achetée en 1890, rétrocédée en 1898]. Vaillant apportait deux librairies : avenue de l’Opéra [IIe], achetée aux successeurs de Dentu, et rue de Rennes [VIe].

Bibliothèque des Chemins de Fer
En 1896, ce réseau s’agrandit momentanément d’une partie des bibliothèques de gare, Flammarion ayant réussi à contester à Hachette une exclusivité qui entravait la distribution de son catalogue populaire, mais il les céda à Hachette en 1903.

En 1897, Albin Michel fut nommé gérant de la succursale de l’avenue de l’Opéra. Il aurait pu y rester encore de nombreuses années s’il ne s’était décidé à se marier en 1901 et à quitter Flammarion et Vaillant qui lui avaient refusé une association.

Le Havre, place Gambetta
Les dix fonds de commerce parisiens et versaillais furent étendus aux boutiques de Le Havre, à l’angle de la rue de Paris et de la place Gambetta, en 1906 [transférée place de l’Hôtel de Ville en 1910], 

Lyon, place Bellecour (photographie de 1946)
et Lyon, à l’angle de la place Bellecour et de la place Antonin Poncet, en 1908 [vendue en 1999]. La librairie de Marseille, rue Paradis, achetée en 1891, fut revendue, puis reprise et fermée en 1987.

26 et 28 rue Racine, à Paris
Reprenant l’immeuble du 28 rue Racine, Flammarion fit démolir les 26 et 28 rue Racine pour faire construire en 1899 un nouvel immeuble par l’architecte Alfred Fasquelle, père d’Eugène Fasquelle. 


Le « Boucicaut du livre » - surnom donné à Ernest Flammarion par Octave Uzanne à cause de ses rabais systématiques sur le prix marqué des volumes -, y emménagea au début de l’année 1900.


Les romans d’aventures militaires de l’officier Émile Driant, qui utilisait le pseudonyme « Capitaine Danrit », anagramme de son nom, afin d’éviter la censure, furent des succès de librairie : La Guerre de demain (1888-1893, 6 vol.), L’Invasion noire (1894), La Guerre fatale (1902, 3 vol.), Robinsons de l’air (1908), Robinsons sous-marins (1908), L’Aviateur du Pacifique (1909), L’Invasion jaune (1909, 3 vol.), L’Alerte (1910), Un dirigeable au pôle Nord (1910), Au-dessus du continent noir (1911).


Flammarion publia en 1897 la traduction de Vers le pôle de Fridtjof Nansen et, en 1906, les récits des expéditions polaires du commandant Jean-Baptiste Charcot. Léon Daudet lui confia en 1901 un roman fantaisiste et antisémite : Le Pays des parlementeurs.


En 1898, Flammarion commença à publier la romancière Sibylle Riquetti de Mirabeau, dite « Gyp » : Israël fut le premier d’une série de quatre ouvrages.


En 1900, il enrichit son catalogue de livres de cuisine avec l’École des cuisinières, par Urbain-Dubois.


Une collection « Bibliothèque de philosophie scientifique » fut lancée en 1902 par le Dr Gustave Le Bon, avec Psychologie de l’éducation : 108 titres furent publiés dans cette collection en douze ans.

Le 2 juillet 1909, Flammarion fit entrer ses fils Albert Flammarion (1877-1937) et Charles Flammarion (1884-1967) comme associés dans la maison d’édition : le comportement de son gendre, Alfred Monprofit (1872-1957), lui valut d’être écarté.


Dès le 30 juillet 1909 fut annoncé un livre de Pierre Souvestre et Auguste Wimille, La Traversée de la Manche en aéroplane, avec une préface de Louis Blériot, qui avait traversé la Manche pour la première fois le 25 juillet.
Parmi les sujets de société, Flammarion publia Le Mariage des prêtres (1911), par l’abbé Jules Claraz.

Le 14 janvier 1913, Flammarion et Vaillant formèrent une nouvelle Société pour les librairies, en faisant entrer chacun leurs fils : Albert et Charles Flammarion, Georges et Jean Vaillant, et Paul Delloue, gendre d’Auguste Vaillant. La Société géra désormais onze librairies, dont trois en province. Au cours de l’année, les Flammarion lancèrent la collection « Bibliothèque de culture générale » : Le Perfectionnement des plantes (1913), par L. Blaringhem, et Le Problème de Jésus (1913), par Charles Guignebert, furent parmi les premiers titres. 


Cette même année parut L’Envers du music-hall, par Colette (Colette Willy).
Ce fut aussi en 1913 que les Flammarion confièrent la direction littéraire de leur maison aux frères Max Fisher (1880-1957) et Alex Fischer (1881-1935), romanciers d’origine suisse. 


Le 1er février 1914, ils créèrent la nouvelle « Select-Collection », à 50 centimes, avec La Guinguette, par Gyp.
En 1915, Charles-Henry Hirsch donna la Mariée en 1914 et Tristan Bernard publia Le Poil civilgazette d’un immobilisé pendant la guerre


Le 15 décembre 1916, Le Feu, par Henri Barbusse, obtint le prix Goncourt.
Maurice Genevoix publia Nuits de guerre (Hauts de Meuse) (1917), 


Au seuil des guitounes (1918), La Boue (1921) 


et Les Éparges (1923). 


Le prix Femina 1918 alla à Henri Bachelin pour Le Serviteur.


Une nouvelle collection, « Une heure d’oubli », à 45 centimes, fut lancée en 1919, avec Profil de veuve, par Paul Bourget.
En 1922, Flammarion lança une « Bibliothèque des connaissances médicales », sous la direction du Docteur Apert, et une nouvelle collection, « Les Histoires drôles ». 


La même année, parut La Garçonne, par Victor Margueritte, qui fit scandale et qui fut un énorme succès de librairie ; Le Fruit mûr et Mitsi, par Marie et Frédéric Petitjean, sous le pseudonyme de « Delly » ; L’Impossible Rédemption, par Thérèse de Marnyhac, sous le pseudonyme de « T. Trilby ».


Avec Le Blé en herbe (1923), Colette signa pour la première fois de son seul nom ; de 1924 à 1928, elle donna La VagabondeLa Femme cachéeAventures quotidiennesLa Fin de Chéri et La Naissance du jour.
À la même époque furent publiés : La Possession (1927) et Les Deux Baisers (1930), par Raymonde Machard ; L’Ennemie intime (1931) et Mariage (1933), par Marcelle Tinayre ; La Marche funèbre (1929) et Le Chef (1930), par Claude Farrère.


La collection « Éducation » vit le jour en 1927, sous la direction de Paul Faucher, avec Trois pionniers de l’éducation nouvelle, par Adolphe Ferrière.
En 1928, Max Fischer reprit La Chair et le Sang, par François Mauriac, et l’année suivante, Préséances ; en 1931, il obtint un inédit, Le Jeudi-Saint, dans la nouvelle collection « Les Belles Fêtes ». De Paul Morand, il publia Paris-Tombouctou (1928), Hiver caraïbe (1929), New York (1930) et A.O.F. De Paris à Tombouctou (1932) ; de Mac Orlan, Nuits aux bouges (1929) et La Légion étrangère (1933). Jules Romains publia Les Hommes de bonne volonté (27 tomes de 1932 à 1946).
D’autres succès suivirent : Le Nouveau Savoir-Vivre (1930), par Paul Reboux ; Les Dernières Années de l’impératrice Eugénie (1933), par Octave Aubry ; Napoléon et l’amour, par Frédéric Masson ; la collection « Les Albums du Père Castor » ; 


Comment je vois le monde (1934), par Albert Einstein, et L’Évolution des idées en physique (1938), par Albert Einstein et Léopold Infeld ; L’Âme allemande (1933), par Louis Reynaud.

Le 2 janvier 1919, Ernest Flammarion avait pris sa retraite, au profit de ses deux fils. La Société prit le nom de « Librairie Ernest Flammarion », qu’elle conserva jusqu’en 1996. Albert Flammarion s’occupa plus particulièrement des librairies et Charles Flammarion des éditions.
Auguste Vaillant mourut le 24 juin 1921, des suites d’une opération chirurgicale intestinale. Ses héritiers restèrent associés dans les librairies mais, suite à des contestations sur ce qui leur revenait, ils acceptèrent de revendre progressivement leurs parts aux Flammarion, qui rachetèrent également celles de leur père.
La librairie de Bordeaux, cours Georges Clemenceau, fut ouverte en 1924, celle de l’avenue Victor Hugo, à Paris [XVIe], en 1925.
En 1928, une brouille entre les deux frères Fischer entraîna les Flammarion dans un long procès : seul Max Fischer resta directeur littéraire ; les Flammarion furent condamnés solidairement à indemniser Alex Fischer.

L’épouse d’Ernest Flammarion, Eugénie Conty, mourut le 2 février 1928 à Monte-Carlo [Monaco]. Sa succession ouvrit un conflit avec leur fille Sylvie Flammarion, qui revendiqua son héritage. Ernest Flammarion, qui avait institué ses fils légataires universels et précisé dans son testament que la part de sa fille devait être « limitée au minimum que la Loi m’oblige à lui laisser », dut négocier et proposa de régler sa propre succession par anticipation. Le conflit dura cinq ans jusqu’à un accord qui dédommagea Sylvie Flammarion.
Ernest Flammarion vécut avec une rente jusqu’à son décès le 21 janvier 1936, au 28 rue Racine. Il fut inhumé au cimetière du Montparnasse [27e division].

Photographie BnF (1925)





























Aucun commentaire:

Publier un commentaire