samedi 21 janvier 2023

Adolphe Noël des Vergers (1804-1867), explorateur de l’Étrurie

   La reproduction des articles est autorisée à condition d'en citer l'origine.  



De l’Histoire des orientalistes de l’Europe (Paris, Maisonneuve et Cie, 1868, t. I, p. 49], au Larousse du XXe siècle (Paris, Larousse, 1933, t. VI, p. 950) et au Dictionnaire des orientalistes de langue française (Paris, Karthala, 2012, p. 17 et 322), nombreux sont les auteurs qui ont pris le patronyme « Noël » pour un prénom, et peu ont consulté l’Armorial général des d’Hozier ou Registres de la noblesse de France (Paris, Firmin Didot Frères, Fils et CIE, 1868, Registre septième, complémentaire, p. 331-338) et les Archives de Paris.


 

La famille Noël, originaire de Normandie, s’est établie au XVIIe siècle à Gland [Yonne], village qui était, avant 1789, du diocèse de Langres [Haute-Marne], de la province de l’Île-de-France et du bailliage de Sens [Yonne].


 

Marin Noël, écuyer, premier valet de chambre du roi Henri III, qui lui donna des lettres de confirmation de noblesse en date du 16 avril 1583, mourut le 4 septembre 1640, étant alors premier huissier du Cabinet du Roi et porte-manteau ordinaire de la reine Catherine de Médicis. De son mariage avec Marguerite Faulconier, qu’il avait épousée en 1602, il eut sept enfants nés à Gland.

Jean Noël, écuyer, né à Gland le 5 janvier 1621, épousa, à Tonnerre [Yonne], par contrat du 14 mars 1642, Marie Guyot. Ils décédèrent, à un jour d’intervalle, les 24 et 25 août 1661, et la fortune de leurs enfants mineurs, nés à Gland, fut dissipée par des tuteurs infidèles.

Pierre Noël, né à Gland le 3 septembre 1656, chirurgien major du régiment du Roi-cavalerie, céda ses droits en la succession de Edme Dupont, chevalier, marquis de Villiers, son cousin, à Jean Noël [né à Tanlay le 19 mai 1687, mort à Ervy-le-Châtel (Aube) le 30 septembre 1760] et Louis Noël, ses enfants, le 10 septembre 1736, et mourut à Tanlay [Yonne] le 18 décembre 1738 ; il fut inhumé dans la nef de l’église paroissiale. Il avait épousé, par contrat du 24 novembre 1681, Marie Jacquillat, dont il eut sept enfants.

Louis Noël, écuyer, né à Tanlay le 22 mars 1690, officier de paneterie chez le Roi, mourut à Ervy-le-Châtel le 3 février 1769 ; il fut inhumé dans l’église de la paroisse, devant le chœur, près la chapelle de Saint-Nicolas. Il avait épousé, à Dol-de-Bretagne [Ille-et-Vilaine], par contrat du 19 janvier 1741, Marie-Anne-Françoise Carron, dont il eut quatorze enfants.

Auteur de la branche des Vergers, Marin Noël des Vergers, écuyer, seigneur d’Ancy-le-Serveux [Ancy-le-Libre, Yonne], né à Ervy-le-Châtel le 19 août 1759, avocat en Parlement, a été maintenu dans sa noblesse d’extraction par arrêt du Conseil d’État du Roi du 14 mars 1789. Il exerça ensuite les fonctions de président de la Chambre de commerce de Paris, et celles de membre du Conseil d’escompte de la Banque de France. Il fut élu député de l’Yonne de 1831 à 1834 et nommé chevalier de la Légion d’honneur. Il est décédé à Paris le 7 août 1836. Il avait épousé, par contrat du 7 mai 1789, Jeanne-Hélène Guyot, née à Paris, où elle mourut le 26 avril 1825. De ce mariage est issu Adolphe Noël des Vergers.


 
Rue de la Tixéranderie (1848)

Marin-Joseph-Adolphe Noël des Vergers est né à Paris [VIIe], 13 rue de la Tixéranderie [disparue en 1851], le 13 prairial An XII [2 juin 1804].

Après des études de droit, il fut préparateur du cours que le chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857) professait au Collège de France, puis suivit les cours d’arabe de Joseph-Toussaint Reinaud (1795-1867) et de Armand-Pierre Caussin de Perceval (1795-1871) à l’École des langues orientales. Il donna Vie de Mohammed. Texte arabe d’Abou’ lféda, accompagné d’une traduction française et de notes (Paris, Imprimerie royale, 1837, in-8) et Histoire de l’Afrique sous la dynastie des Aghlabites, et de la Sicile sous la domination musulmane. Texte arabe d’Ebn-Khaldoun, accompagné d’une traduction française et de notes (Paris, Firmin Didot Frères, 1841, in-8).

Entretemps, il avait épousé, le 5 mai 1838, en l’église Saint-Germain-des-Prés [VIe], Joséphine-Emma Firmin-Didot, fille de l’imprimeur Ambroise Firmin-Didot (1790-1876), née le 18 septembre 1819 à Paris.          

Il termina sa carrière d’orientaliste par un travail d’ensemble, publié dans la collection « L’Univers. Histoire et description de tous les peuples » : Arabie, avec une carte de l’Arabie et note sur cette carte, par M. Jomard, membre de l’Institut (Paris, Firmin Didot Frères, 1847, in-8).

Des voyages qu’il avait faits en Italie et en Sicile, pour ses recherches relatives aux Arabes, lui avaient inspiré un goût pour l’archéologie et l’épigraphie latines. 

Villa des Vergers

Bibliothèque de la Villa des Vergers (1906)
Bandeau supérieur des murs décoré de reproductions de fresques du tombeau de François
Coll. Académie des Beaux-Arts, Bologne

Le 22 décembre 1842, il acquit une somptueuse propriété à San Lorenzo in Correggiano [Rimini, Italie], où il se fixa. Il visita l’Allemagne, l’Angleterre et l’Écosse, pour augmenter ses renseignements épigraphiques. De temps en temps, il revenait à Paris, où il résidait 54 rue Jacob [VIe]. Il se lia avec l’épigraphiste Bartolomeo Borghesi (1781-1860), qui habitait à Saint-Marin [République de Saint-Marin], à 15 km au sud-ouest de Rimini. 


La « tombe François », découverte en 1857 à Vulci [Montalto di Castro]

Bravant les fièvres paludéennes, il parcourut la Maremme, région marécageuse du sud-ouest de la Toscane, fouillant le sol, ouvrant les tombeaux, recueillant les objets antiques, vases, statues, bijoux. Ces actives recherches, faites avec le concours de l’archéologue florentin Alessandro François (1796-1857), amenèrent pour résultat la publication d’une Étude biographique sur Horace (Paris, Firmin Didot Frères, 1855, in-8), d’un Essai sur Marc-Aurèle d’après les monuments épigraphiques (Paris, Firmin Didot Frères, Fils et CIE, 1860, in-8) 



et de son principal ouvrage : L’Étrurie et les Étrusques ou Dix Ans de fouilles dans les Maremmes toscanes (Paris, Firmin Didot Frères, Fils et CIE, 1862-1864, 2 vol. in-8 et Atlas in-fol.).

Il se rendait à Rimini quand l’état de sa santé le força de s’arrêter à Nice [Alpes-Maritimes], où la mort vint le frapper le 2 janvier 1867. 


Il fut inhumé à Paris, au cimetière du Père Lachaise [Division 67]. Il était membre de la Société de Géographie (1830), du Conseil de la Société asiatique, de la Société des Antiquaires de France (1857), de l’Académie pontificale d’Archéologie, de la Société des Antiquaires de Londres, de l’Institut de Correspondance archéologique de Rome. Chevalier de la Légion d’honneur (1845) et des Saints Maurice et Lazare, il avait été élu membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres le 31 décembre 1852.


 

Sa bibliothèque fut vendue à la Maison Silvestre, 28 rue des Bons Enfants, salle n° 2, du lundi 8 au mardi 16 avril 1867, en 8 vacations : Catalogue des livres de littérature, d’histoire et d’épigraphie, composant la bibliothèque de feu M. Ad. Noël des Vergers, chevalier de la Légion d’honneur, des SS. Maurice et Lazare, etc. Correspondant de l’Institut, membre de la Société des Antiquaires de France, du Conseil de la Société asiatique, de la Société de géographie, de l’Académie pontificale d’archéologie, de la Société des Antiquaires de Londres, de l’Institut de correspondance archéologique de Rome. Précédé d’une notice sur sa vie, par M. L. S. de M. Suivi d’un Supplément (Paris, Adolphe Labitte, 1867, in-8, XXXII-84 p., 1.316 + 5 doubles [bis et (2)] + 1 triple [(3)] + 1 quadruple [(4)] – 47 manquants = 1.276 lots), dont Théologie [61 lots = 4,78 %], Jurisprudence [26 lots = 2,03 %], Sciences et Arts [96 lots = 7,52 %], Belles-Lettres [225 lots = 17,63 %], Histoire [865 lots = 67,78 %], Manuscrit [1 lot = 0,07 %], Articles omis [2 lots = 0,15 %], avec une « Notice sur Ad. Noël des Vergers », par « L. S. de M. » [Léon Scott de Martinville (1817-1879), libraire et inventeur en 1857 du phonautographe, qui produisit les premiers enregistrements de la voix humaine] et un « Supplément ».

Photographie John Windle, San Francisco

 

1. Sainte Bible en Latin et en François, avec des notes littérales, critiques et historiques, des préfaces et des dissertations, Tirées du Commentaire de Dom Augustin Calmet, Abbé de Senones, de Mr. l’Abbé de Vence, & des Auteurs les plus célebres. Seconde Édition. Paris, Antoine Boudet et Nicolas Desaint, et Avignon, François-Barthelemi Merande, 1767-1773, 17 vol. in-4, cartes géographiques et figures.

Photographie BnF


21. Religions de l’antiquité, considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques ; ouvrage traduit de l’allemand du DR Frédéric Creuzer, refondu en partie, complété et développé par J. D. Guigniaut. Paris, Treuttel et Würtz, 1825-1851, 10 vol. in-8, rel., fig.


Photographies I.N.H.A.


43. Cy commence Ung tresexcellent livre nomme le proprietaire des choses translate de latin en francoys. [à la fin :] Imprime a paris pour Anthoine Verard marchant libraire demourãt a Paris. In-fol., s. d. [1499].



60. Histoire de l’art chez les anciens, Par Winkelmann ; traduite de l’allemand ; avec des notes historiques et critiques de differens auteurs. Paris, H. J. Jansen et Compe, An II [1793], 3 vol. in-4, rel.



72. Musée de sculpture antique et moderne ou Description historique et graphique du Louvre et de toutes ses parties. Par le CTE F. de Clarac. Paris, Imprimerie royale, 1841-1853, 6 vol. in-8 et 5 vol. d’atlas, d.-rel.



88. Totius latinitatis Lexicon, consilio et cura Jacobi Facciolati, opera et studio Ægidii Forcellini. Lipsiæ, Ch. E. Kollmanni, et Londini, Black et Armstrong, 1839, 4 vol. in-fol. rel. en 2.



90. Glossarium mediæ et infimæ latinitatis conditum a Carolo Dufresne domino Du Cange. Parisiis, Firmin Didot Fratres, 1840-1850, 7 vol. gr. in-4, cart.



101. Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orientales vivantes ; avec figures. Par M. le BON Silvestre de Sacy. Seconde édition. Paris, Imprimerie royale, 1831, 2 vol. in-8.



120. Rig-Véda, ou Livre des hymnes, traduit du sanscrit par M. Langlois. Paris, Firmin Didot Frères, 1851, 4 vol. in-8.



145. Les Metamorphoses d’Ovide, en Latin et en François, De la Traduction de M. l’Abbé Banier. Paris, Panckoucke, 1767-1771, 4 vol. in-4, fig., rel.



147. Elégies de Tibulle, suivies des Baisers de Jean Second. Par Mirabeau. avec quatorze figures. Paris, An VI -1798, 3 vol. in-8, fig., rel.



176. Histoire de Gil Blas de Santillane par Le Sage. Vignettes par Jean Gigoux. Paris, J.-J. Dubochet et Cie, 1838, gr. in-8, fig., rel.

Photographie Antikvarium


205. Bibliothèque classique latine, ou Collection des auteurs classiques latins, Dédiée à S. M. Louis-Philippe IER, Et publiée Par Nicolas Éloi Lemaire. Paris, Firmin Didot, 1819-1838, 150 vol. in-8, rel.



207. Collection des auteurs latins avec la traduction en Français, publiée sous la direction de M. Nisard. Paris, J. J. Dubochet, Le Chevalier et CIE, Garnier Frères, 1837-1852, 27 vol. gr. in-8, rel.



232. La Geografia di Claudio Tolomeo Alessandrino, Nuovamente tradotta di Greco in Italiano, da Girolamo Ruscelli. Venetia, Vicenzo Valgrisi, 1561, in-4, veau, armoiries.



245. Philippi Cluveri Italia antiqua. Lugduni Batavorum, ex officina Elseviriana, 1624, in-fol., fig.



277. Voyages de MR. de Thevenot en Europe, Asie & Afrique. Amsterdam, Michel Charles Le Céne, 1727, 5 vol. in-12, fig.



285. Les Delices de l’Italie, ou Description exacte de ce Pays, De ses principales Villes, et De toutes les raretez, qu’il contient. En trois Tomes. Par le Sr. de Rogissart. Leide, Pierre Vander Aa, 1706, 3 vol. in-12, fig.



293. Lettres sur la Sicile et sur l’ile de Malthe de Monsieur le comte de Borch, de plusieurs académies, a M. le C. de N., écrites en 1777. pour servir de supplément au voyage en Sicile et a Malthe de Monsieur Brydonne. Turin, Frères Reycends, 1782, 2 vol. in-8, fig., d.-rel. mar. vert.



305. Viaggio pittorico della Toscana dell’ abate Francesco Fontani. Edizione terza. Firenze, Vincenzo Batelli e Comp., 1827, 6 vol. pet. i,-12, fig., d.-rel. v. fauve.



328. Voyage littéraire de la Grèce, ou Lettres sur les Grecs, anciens et modernes, avec un parallele de leurs mœurs. Par M. Guys, Sécrétaire [sic] du Roi. Paris, Veuve Duchesne, 1783, 4 vol. in-4, planches, v. 

Photographie Camille Sourget


332. Delle navigationi et viaggi [Ramusio]. Venetia, Giunti, 1554-1556-1574, 3 vol. in-fol., cartes et fig., demi-rel. v.



342. Voyage au Levant, C’est-à-dire, dans les Principaux endroits de l’Asie Mineure, Dans les Isles de Chio, Rhodes, Chypre, &c. De même que dans les plus considérables Villes d’Egypte, Syrie, & Terre Sainte. Par Corneille Le Bruyn. Paris, Jean-Baptiste-Claude Bauche le fils, et Rouen, Charles Ferrand et Robert Machuel, 1725, 5 vol. in-4, fig., v. br.




368. Voyages de MR. le chevalier Chardin, en Perse, et autres lieux de l’Orient. Amsterdam, Jean Louis de Lorme, 1711, 10 vol. in-12, fig., v. br.



387. Voyages de C. P. Thunberg, au Japon, Par le Cap de Bonne-Espérance, les îles de la Sonde, &c. Traduits par L. Langlès. Paris, Benoît Dandré, Garnery et Obré, An IV. [1796], 2 vol. in-4, pl., v. br.



492. Thesaurus antiquitatum et historiarum Italiæ […] Cura & Studio Joannis Georgii Grævii […] cum præfationibus Petri Burmanni. Lugduni Batavorum, Petrus Vander Aa, 1723, 45 vol. in-fol., veau br.



494. Antiquitates Italicæ Medii Ævi, sive Dissertationes. Auctore Ludovico Antonio Muratorio. Mediolani, 1738-1742, 6 vol. in-fol., fig., rel. vélin.



512. Torelli Saraynæ Veronensis leg. doct. de origine et amplitudine civitatis Veronæ. Veronæ, Antonii Putelleti, 1540, in-fol., grav. sur bois.

Photographie Maggs Bloomsbury, Londres


593. Essai sur l’histoire des Arabes avant l’islamisme, pendant l’époque de Mahomet, et jusqu’à la réduction de toutes les tribus sous la loi musulmane, par A. P. Caussin de Perceval. Paris, Firmin Didot Frères, 1847, 3 vol. in-8, d.-rel.



636. Miscellanea eruditatæ antiquitatis : Curâ & studio Iacobi Sponii. Lugduni, Fratrum Huguetan & Soc., 1685, in-fol., fig., rel.



643. Œuvres de Ennius Quirinus Visconti. Milan, J. P. Giegler, 1818-1822, 12 vol. in-8, rel.



645. Monumens inédits d’antiquité figurée, grecque, étrusque et romaine, recueillis et publiés par M. Raoul-Rochette. Paris, Imprimerie royale, 1833, gr. in-fol., fig., cart. d.-rel. veau noir, dos et coins.



706. Thomæ Reinesii Syntagma inscriptionum antiquarum cumprimis Romæ veteris. Lipsiæ et Francofurti, Joh. Fritschii Hæred. & Joh. Frid. Gleditsch, 1682, in-fol., fig., rel.



727. Inscriptiones antiquæ totius orbis romani in absolutissimum corpus redactæ olim auspiciis Iosephi Scaligeri et Marci Velseri industria autem et diligentia Iani Gruteri. Amstelædami, Franciscus Halma, 1707, 4 vol. in-fol., rel.



784. Essai sur les médailles antiques des îles de Céphalonie et d’Ithaque : par C. P. de Bosset. Londres, Longman, Hurst, Rees, Orme et Brown, 1815, in-8, fig., cart.


 

Le 18 octobre 1902 furent célébrées à Paris [IXe], en l’église Saint-Louis d’Antin, les obsèques de Joséphine-Emma Firmin-Didot, décédée à Rimini le 19 septembre 1902 ; elle fut inhumée au cimetière du Père Lachaise.

 

 

 

 

 

 

samedi 14 janvier 2023

François Noël (1756-1841), prêtre défroqué, amateur de littérature érotique

   La reproduction des articles est autorisée à condition d'en citer l'origine.  



Fils de Claude-Joseph Noël, fripier, né en Provence, et de Thérèse Lesné, François-Joseph-Michel Noël est né le 12 janvier 1756 à Saint-Germain-en-Laye [Yvelines].

Il obtint une bourse au collège des Grassins, rue des Amandiers [rue Laplace, Ve], puis à celui de Louis-le-Grand, rue Saint-Jacques [Ve], où il eut pour condisciple Maximilien Robespierre (1758-1794) et où il fut ensuite professeur de sixième après avoir embrassé l’état ecclésiastique. 



Il débuta dans la carrière des lettres par un Éloge de Gresset (Londres, Et se trouve à Paris, Cailleau, 1786).

Partisan de la Révolution, il quitta l’habit ecclésiastique, se démit de sa chaire au collège, prit part à la rédaction du journal Chronique de Paris (1791), pour la littérature, les arts et les nouvelles, et à celle des premières années du Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts (1792).

Devenu chef de bureau au ministère des Affaires extérieures, il fut chargé d’une mission diplomatique à Londres (1792), chargé d’affaires à La Haye (1793), ministre plénipotentiaire à Venise (1794), puis à La Haye (1795-1797). Au mois de mai 1797, il épousa la fille d’un riche banquier de Rotterdam, Joanna-Agneta-Catharina Boogaert (1767-1840).

De retour à Paris, il reprit ses fonctions de commissaire de l’Instruction publique, pour lesquelles il avait été nommé en 1795. Il fut appelé à remplir les fonctions de commissaire général de police à Lyon le 8 mars 1800, de préfet du Haut-Rhin le 30 novembre 1801, et le 9 juillet 1802, d’inspecteur général des études. Le 25 novembre 1809, il fut nommé conseiller ordinaire de l’Université et, en 1815, inspecteur général honoraire.

François Noël, par Constant Delaperche
Musée de Versailles

 

« Noël était un de ces déplorables fruits secs de l’Université qui portent partout leur style incolore, leur insupportable faconde et leur complet contentement d’eux-mêmes. Son court passage au Département [des Affaires étrangères] ne lui laissa guère le temps de faire du mal ; mais rien n’est aussi vide d’idées, aussi plein d’ignorance et de vanité que sa correspondance. Noël est le véritable modèle du pion qui se croit homme d’État. »

(Frédéric Masson. Le Département des Affaires étrangères pendant la Révolution 1787-1804. Paris, E. Plon et Cie, 1877, p. 165)

Ses nombreux ouvrages sont en grande partie des compilations, sans grande valeur, fréquemment réimprimées, dont le succès fut favorisé par sa situation dans l’Université : Nouveau Siècle de Louis XIV, ou Poésies-Anecdotes du règne et de la cour de ce prince (Paris, F. Buisson, et Londres, J. Deboffe, 1793, 4 vol. in-8) ; Éphémérides politiques, littéraires et religieuses (Paris, Neuville, 1796-1796, 4 vol. in-8) ; Dictionnaire de la fable (Paris, Le Normant, An IX-1801, 2 vol. in-12) ; Almanach des prosateurs, ou Recueil de pièces fugitives, en prose (Paris, Léger, 1802-1808, 7 vol. in-12), avec Pierre-Bernard Lamare (1753-1809) ; Traduction complète des poésies de Catulle, suivie des Poésies de Gallus et de la Veillée des Fêtes de Vénus (Paris, Léger et Rémont, An XI-1803, 2 vol. in-8) ; Éphémérides politiques, littéraires et religieuses (Paris, Le Normant et Henri Nicolle, An XII-1803, 2e édition, 12 vol. in-8), avec Joseph Planche (1762-1853), instituteur ; Conciones poeticæ, ou Discours choisis des poëtes latins anciens (Paris, Léger, An XII-1803), avec François Delaplace (1757-1823), professeur à l’École centrale du Panthéon ; Leçons de littérature et de morale, Ou Recueil, en prose et vers, des plus beaux Morceaux de notre Langue (Paris, Le Normant, An XII-1804, 2 vol. in-8), avec François Delaplace ; Abrégé de la mythologie universelle, ou Dictionnaire de la fable (Paris, Le Normant, An XIII-1805, in-12) ; Dictionnaire historique Des Personnages célèbres de l’antiquité (Paris, H. Nicolle et Le Normant, 1806, in-8) ; Œuvres diverses de M. l’abbé de Radonvilliers (Paris, Imprimerie de l’Institution Impériale des Sourds-Muets de Naissance, 1807, 3 vol. in-8) ; Dictionarium latino-gallicum (Paris, Le Normant, 1807, in-8) ; Nouveau Dictionnaire français-latin (Paris, Le Normant, 1807, in-8) ; Leçons latines de littérature et de morale, Ou Recueil, en prose et en vers, des plus beaux Morceaux des auteurs latins anciens (Paris, Le Normant et H. Nicolle, 1808, 2 vol. in-8), avec François Delaplace ; Gradus ad Parnassum, ou Nouveau Dictionnaire poétique latin-français (Paris, Le Normant, 1808, in-8) ; Les Aventures de Télémaque (Paris, Dentu, 1808, 4 vol. in-18) ; Manuel du rhétoricien, ou Choix de discours (Paris, Le Normant, 1810, in-12), avec François Delaplace ; Histoire romaine de Tite-Live (Paris, Michaud Frères et H. Nicolle, 1810-1824, 17 vol. in-8) ; Leçons latines modernes de littérature et de morale, ou Recueil, en prose et en vers, des plus beaux morceaux des auteurs les plus estimés (Paris, Le Normant, 1818, 2 vol. in-8), avec François Delaplace ; Nouvelle Grammaire française, rédigée sur un plan très-méthodique (Paris, Veuve Nyon Jeune, 1823, 2 vol. in-12), avec Charles-Pierre Chapsal (1788-1858) ; Œuvres de Boileau (Paris, Roret, 1824, in-12), avec Joseph Planche ; Corrigé des exercices français sur l’orthographe, la syntaxe et la ponctuation (Paris, Maire-Nyon et Roret, 1824, in-12), avec Charles-Pierre Chapsal ; Leçons grecques de littérature et de morale, faites sur le plan des leçons françaises, latines, etc. (Paris, Le Normant Père, 1825, 2 vol. in-8), avec François Delaplace ; Nouveau Dictionnaire de la langue française, rédigé sur le plan du dictionnaire anglais de Johnson (Toul, J. Carez, et Paris, 1826, in-12), avec Charles-Pierre Chapsal ; Abrégé de la grammaire française (Paris, Maire-Nyon et Roret, 1826, in-12), avec Charles-Pierre Chapsal ; Tacite, traduit par Dureau de Lamalle (Paris, L.-G. Michaud, 1827, 6 vol. in-8) ; Nouveau Dictionnaire des origines, inventions et découvertes, dans les arts, les sciences, la géographie, le commerce, l’agriculture, etc. (Paris, Janet et Cotelle, 1827, 2 vol. in-8), avec L. J. M. Carpentier, ancien professeur de rhétorique ; Leçons d’analyse logique (Paris, Maire-Nyon et Roret, 1827, in-12), avec Charles-Pierre Chapsal ; Leçons d’analyse grammaticale (Paris, Maire-Nyon et Roret, 1827, in-12), avec Charles-Pierre Chapsal ; Philologie française ou Dictionnaire étymologique (Paris, Le Normant Père, 1831, 2 vol. in-8), avec L. J. M. Carpentier.


Photographie Rulon-Miller Books

 

François Noël avait deux bibliothèques, dont l’une, véritable « Musée secret », renfermait une nombreuse collection d’ouvrages érotiques de toutes les époques et de tous les pays. Preuve, s’il en était besoin, de son goût pour les récits risqués, il fut l’auteur d’une édition des facéties du Pogge, Poggii Florentini facetiarum libellus unicus (Mileti, B. Wild et I. Altheer, 1797, 2 vol. in-24), et d’un recueil obscène, Erotopægnion, sive Priapeia veterum et recentiorum (Paris, C.-F. Patris, An VI. 1798, in-12, fig.).

« Humaniste passionné, de la vieille école des Ménage et des La Monnoye, il occupait ses loisirs à d’incessantes recherches dans des livres rares : anciens conteurs Latins, Français ou étrangers, épigrammatistes, auteurs de facéties, qu’il s’amusait à copier par extraits ou même in-extenso. Outre son Erotopægnion, il fut aussi l’éditeur anonyme des Poggii Facetiæ parues à la même date (1798). Toutefois, ces deux publications ne représentent qu’une minime partie de ses compilations manuscrites, [sic] J’en possède, comme je l’ai dit plus haut, une notable quantité. C’est, 1° un volumineux Recueil intitulé : Erycina ridens, seu recentiorum Poetarum qui Latine cecinerunt Deliciæ deliciarum (Venetiæ, 1795) : Erycina ridens, en d’autres termes Venus jocosa, à laquelle son Erotopægnion est dédié ; 2° Le Martial moderne, ou choix d’Épigrammes tirées des Poètes Latins modernes, depuis la renaissance des lettres jusqu’à nos jours ; sur le titre, La Roche-Guyon, 1827 : La Roche-Guyon est un village près de Mantes (Seine-et-Oise), où Noël avait probablement sa résidence d’été ; 3° Le Perroquet, recueil de pièces en prose et en vers sur cet oiseau, en plusieurs parties : Latine, Française, Anglaise, Italienne, Orientale ; comment expliquer, chez Noël, cet amour du perroquet, sinon par une sympathie de linguiste ? 4° Basia variorum, libri IV ; recueil des meilleurs Baisers de Jean Second et autres imitateurs modernes de Catulle ; 5° enfin, Fabellæ Milesiacæ, ou Fabellarum Milesiacarum libri, tum erotica et jocosa, tum heroica et tragica continentes, e veteribus et recentioribus scriptoribus excerpti (Leropolis, 1809) [sic] ; six gros volumes in-8°, dont le dernier porte la date de 1840 : Noël avait alors quatre-vingt-cinq ans. »

(Dictionnaire érotique latin-français par Nicolas Blondeau. Paris, Isidore Liseux, 1885, p. XII-XIII)

118 rue du Faubourg Saint-Honoré, façade sur le jardin (1920)
Photographie Charles Lansiaux - Musée Carnavalet

 

Veuf depuis le 30 mars 1840, il mourut à Paris, le 29 janvier 1841 en son domicile, 118 rue du Faubourg Saint-Honoré [VIIIe], et fut inhumé au cimetière de Montmartre, le 31 janvier.

Chevalier de la Légion d’honneur le 26 novembre 1809, il avait été le fondateur de la Société libre d’émulation du Haut-Rhin en 1801, membre de l’Athénée de Lyon, de la Société d’agriculture de Lyon, des Sociétés littéraires de Nîmes, Colmar, Strasbourg, Mayence.

« […] sa bibliothèque fut aussitôt vendue par adjudication, sauf les Manuscrits, qu’il avait réservés pour son fils, Charles Noël. Le Catalogue de vente, composé de 1555 numéros, dont plusieurs réunissaient jusqu’à vingt ouvrages différents, présentait, dans une assez petite proportion, ce qu’on est convenu d’appeler des livres érotiques. Il fit scandale ; la pudeur officielle en fut alarmée, et cent soixante numéros furent “ retirés par ordre ”. On peut lire, en effet, sur un feuillet de garde de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque Nationale (Collection Jullien), les curieuses annotations suivantes :

Ce Catalogue est remarquable par le grand nombre de livres licencieux qu’il contient

Et, par ce triste motif, fort cher et fort recherché.”

Puis, d’une autre écriture :

Sur 1555 numéros dont se compose ce singulier et unique Catalogue, 160 ont été interdits comme contraires aux mœurs ; on aurait pu en trouver davantage.”

Le premier annotateur n’était autre, probablement, que le digne collectionneur Jullien : on sent le bibliophile tout aise de posséder un article “ fort cher et fort recherché ”, quitte à gémir sur le “ triste motif ” de cette cherté.

Quant à la seconde note, rédigée sans doute par un fonctionnaire de la Bibliothèque, elle est digne d’un de nos magistrats, sévères gardiens de la morale publique. “ On aurait pu en trouver davantage ! ” Voyons donc ce qu’il y avait de si effrayant dans ces cent soixante numéros retirés par ordre :

Pour ne rien dissimuler, oui, il y avait deux classiques du genre proscrit : l’Arétin Français et la Justine en quatre volumes ; mais la grande majorité des autres numéros, c’était des livres comme ceux-ci :

Le Système de la Nature, par d’Holbach ;

La Callipédie de Claude Quillet ;

Le Balai ; la Chandelle d’Arras ;

Les quatre heures de la Toilette des Dames ;

La Nuit et le Moment, par Crébillon fils ;

Opus macaronicum Merlini Coccaii,

Les Bigarrures et Touches de Tabourot des Accords ;

Œuvres de Tabarin ;

Le Moyen de parvenir ;

Aventures de Roquelaure ;

L’Art de désopiler la rate ;

Mémoires pour servir à la fête des Fous, par Du Tilliot ;

Novelle dell’ abbate Casti ;

Traité des Eunuques, par Ancillon ;

Collection d’ana : Scaligerana, Chevræana, etc.

Voilà les monstruosités qu’il était défendu à un littérateur de posséder, sous le règne du bon roi Louis-Philippe. »

(Ibid., p. XIII-XVI)

 


La vente de sa bibliothèque se déroula en son domicile du 118 rue du Faubourg Saint-Honoré. Prévue du lundi 2 au vendredi 13 août 1841, elle fut reportée du lundi 9 au vendredi 20 août 1841, en 11 vacations : Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. Fr. Noël, Ancien Conseiller de l’Université, Inspecteur général des études, etc. (Paris, Galliot, 1841, in-8, [4]-124 p., 1.555 + 1 double [bis] = 1.556 lots), dont Théologie [28 lots = 1,79 %], Jurisprudence [22 lots = 1,41 %], Sciences et Arts [111 lots = 7,13 %], Belles-Lettres [1.079 lots = 69,34 % ; dont Poésies érotiques 56 lots = 3,59 % et Romans érotiques 58 lots = 3,72 %], Histoire [316 lots = 20,30 %]. 

Un contemporain anonyme a noté sur la page de titre de son exemplaire : « Remarquable par la quantité de livres infames que renfermait le cabinet de ce grand officier de l’Université. La clameur publique fit supprimer assez promptement ce catalogue, qui ne fut remis en circulation qu’avec un bon nombre de retouches pour dissimuler l’impudeur d’une collection si honteuse. »

 


2. Biblia sacra Vulgatæ editionis, Sixti V. Pont. M. jussu recognita, et Clementis VIII auctoritate edita. Coloniæ, Jacobum Naulaeum, 1679, 6 vol. in-16, mar. r., t. d. 21 fr.



62. Navicula sive speculum fatuorum Prestantissimi sacrarum literarum Doctoris Joannis Geiler Keysersbergii Concionatoris Argentineñ. a Jacobo Otthero collecta. Argentorati in officina literatoria Joannis Knoblouchi, anno 1513, pet. in-4 goth., mar. r., tr. dor. 50 fr.



80. Le Tableau de Cebes de Thebes, ancien philosophe et disciple de Socrates. Paris, Gilles Corrozet [à la fin : Imprimé par Denys Ianot], 1543, pet. in-8, fig. sur bois, mar. r., t. d. 22 fr. 50 c.

Photographie BnF


125. La Rose sans épines, ou Vénus affranchie du repentir, Par la découverte d’un moyen infaillible de neutraliser les effets du virus vénérien. Par E. Girouard, Officier de santé, accoucheur. Paris, à son dépôt et chez les marchands de nouveautés, An VIII, in-8, fig., d. r. Retiré.



240. M. Tullii Ciceronis Philosophicorum. Lugd. Batavor., Ex Officina Elseviriana, 1642, 10 vol. pet. in-12, mar. r., t. d., lavé, réglé (Duseuil). 150 fr.



381. Le Cabinet satyrique ou Recueil de vers piquans & gaillards. Au Mont Parnasse, Imprimerie de messer Apollon, l’année satyrique, 2 vol. in-12, v. gr. Retiré.



392. Marguerites de la marguerite des princesses, tresillustre royne de Navarre. Lyon, Iean de Tournes, 1547, 2 vol. en 1 in-8, mar. r., t. d. 41 fr.



395. Les Œuvres poetiques de Claude Turrin Diionnois. Paris, Iean de Bordeaux, 1572, in-8, vél. 16 fr.



434. Les Loyalles et Pudicques Amours de Scalion de Virebluneau A Madame de Boufflers. Paris, Iamet Metayer, 1599, in-18, fig., v. br. 13 fr. 50 c.



477. La Pucelle, ou la France délivrée. Poëme Heroïque. Par M. Chapelain. Derniere Edition. Suivant la Copie imprimée à Paris, 1656, pet. in-12, fig., vél. 12 fr. 50 c.



487. Le Balai, poëme héroi-comique. Constantinople, 1795, in-18, fig., d. r. – La Chandelle d’Arras, Poëme en XVIII chants. Paris, Egasse Frères, Chaumerot et Delance, 1807, in-12, fig., d. r. Retiré.



525. Contes et poésies du C. Collier, Commandant-Général des Croisades du Bas-Rhin. Saverne, s. n., 1792, 2 vol. en 1 in-18, fig., b. r., fil. Retiré.



546. Delassemens du boudoir. Recueil de poésies galantes dont la plupart n’ont point encore été imprimées. Avec un frontispice en taille-douce. S. l., s. n., 1790, in-18, v. m. Retiré.



572. La Tentation de Saint Antoine, ornée de Figures et de Musique. Londres, [faux Cazin], 1782, in-18, fig., v. éc., fil., t. r. Retiré.




630. Fables causides de La Fontaine en bers gascouns. Bayoune, Paul Fauvet Duhard, 1776, in-8, fig., v. m. – Il Vendemmiatore, poemetto in ottava rima di Luigi Tansillo. Pe-King, XVIII. Secolo [1790], in-12, v. éc., fil., t. d. Retiré.



642. Hudibras. Poëme ecrit dans le tems des Troubles d’Angleterre. Londres, 1757, 3 vol. in-12, fig., b. m. 1 fr. 50 c.



644. Chefs-d’œuvre du théatre indien, traduits de l’anglais en français par M. A. Langlois. Paris, Dondey-Dupré Père et Fils, 1828, 2 vol. in-8, fig., d. r. 1 fr. 60 c.



648. Les Œuvres de Plaute en latin et en françois. Traduction nouvelle par H. P. de Limiers. Amsterdam, Aux dépens de la Compagnie, 1719, 10 vol. in-12, fig., d. r. 4 fr. 50 c.



704. Le Berger fidele. Traduit de l’italien de Guarini En Vers François. Cologne, Pierre du Marteau, 1677, pet. in-12, fig., v. br. 1 fr.



717. Tableaux du temple des Muses ; tirez du cabinet de feu Mr. Favereau. Amsterdam, Abraham Wolfgank, 1676, in-4, fig., b. m. 3 fr. 50 c.



733. Fabule et vita Esopi. Anvers, Gerard Leeu, 1486, in-fol. goth., fig. sur bois, lettres initiales en couleur. Quelques feuillets manquent. 10 fr. 50 c.



737. Esope en belle humeur, ou Derniere traduction, et augmentation de ses Fables en prose, et en vers. Brusselle, François Foppens, 1700, 2 vol. in-12, fig., v. r. 6 fr. 05 c.



739. Speculum vitæ aulicæ. De admirabili fallacia et astutia vulpeculæ Reinikes libri quatuor, Auctore Hartmanno Schoppero. Francof. Ad Moenum, 1574, in-12, fig. sur bois, vél. 5 fr. 25 c.



740. Centum fabulæ ex antiquis Scriptoribus acceptæ. Venetiis, Hæredes Francisci Ziletti, 1587, in-18, fig. sur bois, vél. 2 fr.



754. Tresor des fables, choisies des plus excellens mythologistes. Orné d’un grand nombre de Figures en Taille douce, Par J. L. Krafft. Bruxelles, Veuve G. Jacobs, 1734, 2 vol. in-4, fig., v. m. 6 fr. 10 c.



757. Fables nouvelles, dediées au Roy. Par M. de La Motte. Paris, Gregoire Dupuis, 1719, in-4, fig., vél. 3 fr.



793. L’Enfant du Mardi Gras, roman rempli d’utiles vérités. Par un Menteur. Paris, Locard Fils, An X (1802), in-12, fig., cart. 1 fr.



794. Œuvres de Félix Nogaret. Versailles, Imprimerie de Cosson, 1797, 2 vol. in-18, fig., d. r. 1 fr.



801. L’Aretin françois, par un membre de l’Académie des Dames. Londres, 1787, in-18, fig., v., fil., t. d. Retiré.



804. La Belle sans chemise. Londres, 1798, in-18, fig., d. r. Retiré.



816. Hic et Hæc, ou l’Élève des RR. PP. Jésuites d’Avignon. Berlin, 1798, 2 vol. en 1 in-18, fig., d. r. Retiré.



820. La Jolie Tribade, ou Confessions d’une jeune fille. Ornée de deux Gravures. Paris, s. n., 1797, in-18, fig., d. r. Retiré.



822. La Nouvelle Justine, ou les Malheurs de la vertu. Ouvrage orné d’un Frontispice et de 40 Sujets gravés avec soin. En Hollande, 1797, 4 tomes en 2 vol. in-18, fig., d. r. Retiré.



836. L’Origine des cons sauvages, la Manière de les apprivoiser, le Moyen de prédire toutes choses advenir par iceux. Lyon, Jean de la Montagne, 1797, in-18, fig., d. r. Retiré.



852. Vénus dans le cloitre, ou la Religieuse en chemise. – Entretiens curieux – Nouvelle edition. Londres, Aux dépens de la Compagnie, 1793, in-18, fig., b. gr. Retiré.



867. Les Contes des Génies, ou les Charmantes Leçons d’Horam fils d’Asmar, Ouvrage traduit du Persan en Anglois, Par Sir Charles Morell, Et en François sur la Traduction Angloise. Amsterdam, Marc Michel Rey, 1766, 3 vol. in-12, fig., d. r., non rogné. 1 fr. 65 c.



884. Nouvelles de Jean Boccace. Traduction libre, par Mirabeau. Paris, L. Duprat, Letellier et CIE, 1802, 4 vol. in-8, fig., br. en cart. 3 fr. 90 c.



918. Noctuæ speculum. Omnes res memorabiles, variasque et admirabiles […]. Authore Ægidio Periandro. Francofurti Ad Moenum, 1567, pet. in-8, fig. sur bois, fil., b. ec. 9 fr.



925. Œuvres de Maitre François Rabelais, publiées sous le titre de Faits et dits du géant Gargantua et de son fils Pantagruel, avec la Prognostication pantagrueline. Nouvelle édition. S. l., s. n., 1732, 6 vol. in-12, gr. pap., fig., v. br. 16 fr.



954. Memoires pour servir à l’histoire de la fête des foux, Qui se faisoit autrefois dans plusieurs Eglises. Par Mr. du Tilliot. Lausanne et Genève, 1751, in-12, fig., v. m. Retiré.



955. L’Enciclopédie [sic] perruquiere. Ouvrage curieux A l’usage de toutes sortes de Têtes. Par M. Beaumont, Coëffeur dans les Quinze-Vingts. Amsterdam, Et se trouve à Paris, Chez l’Auteur et Hochereau, 1757, in-12, fig., v. ec., fil. Retiré.



964. ’Ann’quin Bredouille, ou le Petit Cousin de Tristram Shandy. Paris, Louis, 1792, 6 vol. en 3 in-18, fig., d. r. 1 fr.



966. Dictionnaire aristocratique, démocratique et mistigorieux de musique vocale et instrumentale. [par Adolphe Ledhuy]. Partout et nulle part [Paris], [Madame Goullet], 100803000600 [1836], in-18, fig., d. r. 1 fr.



1.002. Moriæ encomium sive Stultitiæ laus des. Erasmi Rot. declamatio. Basileæ, Wilhelm Haas, 1780, in-8, pap. de Hollande, fig. gravées sur bois d’après Holbein, d. r. 4 fr.



1.018. Les Privileges du cocuage, ouvrage Necessaire tant aux Cornards actuels, qu’aux Cocus en Herbe. Vicon, Jean Cornichon, 1722, in-18, b. gr., fil. Retiré.



1.031. Nebulo nebulonum, Hoc est, Jocoseria nequitiæ censura ; à Joanne Flitnero. Francofurti ad Moenum, Georgii Fickwirtii, 1663, in-12, fig., vél. 4 fr. 50 c.



1.106. Andreæ Alciati Emblemata cum Commentariis Claudii Minois I. C. Francisci Sanctii Brocensis, & Notis Laurentii Pignorii Patavini. Patavij, Pauli Frambotti, 1661, in-4, fig. sur bois, vél. 3 fr. 05 c.



1.110. Dyalogus creaturarum moralisatus omni materie morali iocundo et edificativo modo applicabilis. Anvers, Gerard Leeu, 1486, in-fol., fig. sur bois, d. r. 32 fr.



1.125.Pauli Maccii Emblemata. Bononiæ, Clemens Ferronius, 1628, in-4, v. br., fil. 6 fr. 50 c.



1.128. Humanæ salutis monumenta B. Ariæ Montani studio constructa et decantata. Antverp., Christoph Plantinus, 1571, in-8, 72 fig., vél., t. d. 15 fr.



1.137. De omnibus illiberalibus sive Mechanicis artibus, humani ingenii sagacitate […] : Auctore Hartmanno Schoppero. Francofurti Ad Moenum, 1574, in-12, fig., b. m. 17 fr. 50 c.



1.143. Emblemata physico-ethica, hoc est, Naturæ Morum moderatricis picta praecepta, à Nicolao Taurello. Noribergæ, Christophori Lochneri, 1602, in-12, fig. sur bois, vél. 3 fr. 50 c.



1.157. A choice of emblemes, by Geffrey Whitney. Leyden, Francis Raphelengius, 1586, in-4, fig. sur bois, v. br. 26 fr. 50 c.



1.329. Essai sur l’histoire naturelle de quelques espèces de moines. Par M. Jean d’Antimoine. Monachopolis, 1784, in-8, fig., br. 6 fr.



1.415. Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI, depuis son mariage jusqu’à sa mort. Par Jean-Louis Soulavie (l’aîné). Paris, Treuttel et Würtz, An X (1801.), 6 vol. in-8, fig., b. r., fil. 4 fr.



1.455. Mœurs des sauvages ameriquains, comparées aux mœurs des premiers temps. Par le P. Lafitau. Paris, Saugrain l’aîné et Charles-Estienne Hochereau, 1724, 4 vol. in-12, fig. et cartes, v. gr. 9 fr. 25 c.



1.457. Historia de la conquista de Mexico. Escriviola Don Antonio de Solis. Amberes [Anvers], Juan Bautista Verdussen, 1704, in-fol., fig., v. m., fil. 5 fr. 10 c.

Photographie BnF


1.469. Monumens antiques, inédits ou nouvellement expliqués. Par A. L. Millin. Paris, Laroche, Imprimerie de Didot Jeune, 1802, et Paris, Imprimerie impériale, 1806, 2 vol. in-4, en livr. 10 fr.



1.545. Histoire critique de Nicolas Flamel et de Pernelle sa femme. Par M. L. V ***. Paris, G. Desprez, 1761, in-12, fig., v. m. 2 fr. 05 c.

Lettre de François Noël à Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)